Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michael Jeaubelaux

Ce qu'ils ne peuvent obtenir par la loi et les urnes, les idéologues qui pullulent dans la "Justice" française veulent l'imposer par la jurisprudence! Qu'ils soient au TGI de Tours ou d'ailleurs ou encore à la CEDH, leurs jugements deviennent de plus en plus insupportables!
C'est la légitimité de la Justice qui est mise en cause.
C'est l'utilisation à des fins idéologiques des "Droits de l'Homme" qui est mise en cause!
La Justice n'est plus un Pouvoir séparé du politique, elle en est un instrument contre la Volonté du Peuple Souverain!
Ce juge devrait être radié pour "abus de pouvoir"!
Il est temps de faire le ménage, et de voter une loi permettant de radier les juges et magistrats dont la volonté militante et partiale est trop évidente. Il y en a assez de juges qui inventent le Droit, tout comme ceux qui relâchent les criminels!
Il est temps de remettre en cause toutes les Conventions qui nous enferment!
A force de bafouer la volonté des Peuples, cela va mal finir!
Un de ces jours le Peuple va se révolter et il pourrait en cuire à tous ces gens qui au lieu de servir la Justice, se servent de leur Pouvoir pour imposer à tous leur idéologie!

"Il porte un prénom masculin depuis 64 ans. Mais il n'est pas un « homme ». Pas plus qu'une « femme » d’ailleurs. Une personne intersexuée a obtenu, en justice, le droit de faire apposer la mention « sexe : neutre » sur son état civil. Une première en Europe que le tribunal de grande instance (TGI) de Tours (Indre-et-Loire) a ordonnée dans un jugement rendu le 20 août 2015.

Née, selon son médecin, avec un « vagin rudimentaire », un « micropénis » mais pas de testicules, cette personne souffre d’avoir été mise dans la case masculine dès sa naissance. « A l’adolescence, j’ai compris que je n’étais pas un garçon. Je n’avais pas de barbe, mes muscles ne se renforçaient pas… confie-t-elle à 20 Minutes. En même temps, il m’était impossible de croire que j’allais devenir une femme. Il suffisait que je me regarde dans le miroir pour le savoir. »

Pour la première fois, une juridiction française a donc autorisé une personne à sortir du système binaire masculin/féminin en ordonnant à l’officier d’état civil de la mairie de Tours –où elle est a vu le jour en 1951– de modifier son acte de naissance.

« Le sexe qui [lui] a été assigné à sa naissance apparaît comme une pure fiction (…) imposée durant toute son existence, écrit le magistrat dans son jugement que 20 Minutes a pu consulter.

Il ne s’agit aucunement de reconnaître l’existence d’un quelconque ‘’troisième sexe’’ mais de prendre acte de l’impossibilité de rattacher l’intéressé à tel ou tel sexe. » (ndlr : Et pardi!)

"Craignant que « cette requête renvoie à un débat de société générant la reconnaissance d’un troisième genre », le parquet de Tours a fait appel du jugement."

Commenter cet article