Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michael Jeaubelaux

l'ex-président des Étudiants musulmans de France (Lille), Mohamed LOUIZI est ingénieur. Son dernier livre, Pourquoi j'ai quitté les frères musulmans vient de paraître aux éditions Michalon . Il donne une interview au Figaro qui confirme toutes les craintes qu'on pouvait nourrir sur les Frères Musulmans en France qui sévissent derrière la façade de l'UOIF . Il faut lire cet interview qui donnera certainement des frissons à certains...surtout quand, catholiques ils constateront avec effarement la collaboration étroite de l'Eglise Catholique, des politiques et des medias avec ceux qui veulent rattacher l'Europe au Califat islamique!

Extraits :

La 9ème Rencontre Annuelle des Musulmans du Nord organisée par l'UOIF (Union des Organisations Islamiques de France) a lieu ce dimanche. Trois orateurs étrangers prêchant ouvertement la haine ont été déprogrammés. Cependant beaucoup dénonce la proximité de l'UOIF avec les Frères musulmans … Comment définir l'idéologie de ces derniers?

Mohamed Louizi: Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères Musulmans avait défini son islam globalisant, son idéologie politique, comme étant, je cite: «une organisation complète qui englobe tous les aspects de la vie. C'est à la fois un état et une nation, ou encore un gouvernement et une communauté. C'est également une morale et une force, ou encore le pardon et la justice. C'est également une culture et une juridiction, ou encore une science et une magistrature. C'est également une matière et une ressource, ou encore un gain et une richesse. C'est également une lutte dans la voie d'Allah et un appel, ou encore une armée et une pensée. C'est enfin une croyance sincère et une saine adoration. L'islam, c'est tout cela de la même façon».

En 1924, le califat Ottoman, «l'homme malade», avait fini par chuter. Dans l'esprit d'Hassan Al-Banna, ce dernier représentait le symbole politique de l'unité des musulmans face aux occidentaux. En 1928, il décida de créer sa mouvance islamiste, premièrement, pour libérer l'Egypte de la colonisation britannique et lutter par tous moyens contre la présence juive et l'établissement d'Israël en terre sainte des trois monothéistes, et deuxièmement, pour établir un nouveau califat/état islamique mondial et atteindre le «Tamkine» global, qui signifie la suprématie de l'islam frériste sur tous les autres islams et sur toutes les autres religions, et l'application de ses règles juridiques et lois pénales pour gérer les rapports à l'intérieur de la société et avec l'extérieur de ce califat.

Théoriquement, dans ses écrits, ce rêve est inscrit dans un processus stratégique partant d'abord et essentiellement de l'éducation de l'individu - d'où la priorité accordée aux «jeunes musulmans» par les frères lors de ce 9ème RAMN à Lille, entre autres. Ensuite de l'individu, il faut former le foyer musulman, puis le peuple musulman, puis atteindre le gouvernement islamiste, puis établir le califat, puis reconquérir l'Occident puis atteindre le Tamkine planétaire. Ça paraît fou comme idéologie et projet politique, mais force est de constater que depuis 1928, cette vision globalisante demeure opérante et présente, non seulement en Egypte, mais partout ailleurs, y compris en France.

La définition que j'ai donnée ci-dessus, est extraite du livre: 20 principes pour comprendre l'islam, formalisés par Hassan Al-Banna, développés par Youssef Al-Qaradawi et traduit en français par Moncef Zenati. Celui-ci est membre du bureau national de l'UOIF, chargé de l'enseignement et de la présentation de l'islam. Pis, ce livre idéologique est enseigné à des jeunes adultes, depuis au moins deux ans à «l'Institut Al-Qods» (Jérusalem), créé par des frères cadres de l'UOIF au CIV (Centre Islamique de Villeneuve d'Ascq) et à la mosquée de Lille-Sud où professe Amar Lasfar. La personne qui s'est chargée de délivrer toutes les semaines ses 20 principes idéologiques à la jeunesse est un professeur, payé par les deniers de l'Etat, au Lycée Averroès.

lire la suite dans : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/05/31003-20160205ARTFIG00415-uoif-freres-musulmans-salafisme-le-dessous-des-cartes.php

Commenter cet article