Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michael Jeaubelaux

"FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Dans un premier essai passionnant, La guerre des mondes,Mathieu Slama analyse les ressorts de l'affrontement entre la Russie et l'Occident. Pour le jeune essayiste, ce sont avant tout deux visions du monde qui s'opposent.

Extraits de l'article:

"Dans plusieurs discours, Poutine s'en est pris à la «destruction des valeurs traditionnelles» et à «l'effacement des traditions nationales et des frontières entre les différentes ethnies et cultures», visant implicitement les pays occidentaux. A plusieurs reprises il a exalté «les valeurs spirituelles de l'humanité et de la diversité du monde», «les valeurs de la famille traditionnelle, de la vie humaine authentique, y compris de la vie religieuse des individus», faisant appel au grand philosophe conservateur russe Nicolas Berdiaev. Il y a aussi, dans le discours de Poutine, des attaques directes adressées aux pays occidentaux et notamment aux pays européens. «Les pays euro-atlantiques rejettent leur racine», a-t-il expliqué dans un discours, «dont les valeurs chrétiennes qui constituent la base de la civilisation occidentale». Utilisant des termes très violents comme «primitivisme», s'en prenant ouvertement aux légalisations en faveur du mariage homosexuel, Poutine accuse aussi régulièrement les pays occidentaux de vouloir exporter leur modèle libéral au monde entier, au mépris des particularités nationales."

"Poutine dit ici quelque chose d'essentiel. L'Occident est persuadé que son modèle, la démocratie libérale, est le devenir inéluctable de l'humanité toute entière. Mais il y a dans le monde des nations qui tiennent à leur traditions culturelles et qui n'ont absolument pas envie de s' «occidentaliser»! Il y a là un enjeu majeur, que l'un des plus grands penseurs du XXème siècle, Claude Lévi-Strauss, avait vu avant tout le monde: comment préserver les particularités culturelles dans un contexte de mondialisation politique, culturelle et économique croissante? «Les grandes déclarations des droits de l'homme», expliquait Lévi-Strauss, énoncent «un idéal trop souvent oublieux du fait que l'homme ne se réalise pas sa nature dans une humanité abstraite, mais dans des cultures traditionnelles».

Les démocraties occidentales n'ont de cesse d'exalter «l'Autre», mais ce n'est en réalité que pour annihiler son altérité et l'envisager comme un parfait semblable, c'est-à-dire un individu émancipé de tous ses déterminismes.

L'Occident libéral est devenu incapable de penser et comprendre la différence culturelle. On le voit au Moyen-Orient aujourd'hui: nous ne célébrons l'Iran que parce qu'il s'occidentalise ; tout ce qui relève du traditionnel est perçu comme une barbarie amenée à disparaître. Il y a dans cette approche un mélange d'incompréhension et de mépris."

"

"Mais ce qui m'intéressait surtout dans mon livre, c'était de montrer que Poutine est devenu en quelque sorte le porte-voix de la cause conservatrice dans le monde, et notamment en Europe.

Sa popularité auprès de beaucoup de partis conservateurs européens est le signe que Poutine a compris ce qui se jouait en Europe.

Son génie est d'avoir permis la rencontre, au bon moment, entre ses idées et celles d'une partie de l'opinion européenne, de plus en plus hostile à la mondialisation et au multiculturalisme, de plus en plus attachée à ses racines et aux «protections naturelles» que sont les frontières nationales.

De Viktor Orban en Hongrie à Marine Le Pen en France, en passant par Nigel Farage en Grande-Bretagne, ils sont tous animés d'une sympathie naturelle envers Poutine. Clairement, le «poutinisme» correspond à un certain esprit du temps, à une résistance de plus en forte des peuples vis-à-vis de la mondialisation."

"En France, nous faisons du droit au blasphème un droit fondamental, un des piliers de la fameuse liberté d'expression, elle-même pilier des sacro-saintes libertés individuelles. On ne compte plus les défenseurs du blasphème sur le terrain médiatique. Il faut profaner, désacraliser absolument tout. Dieu est devenu une question dépassée, on le relègue à la sphère individuelle. On érige la profanation du sacré en droit fondamental sans même se poser la question de ce que peut bien nous apporter ce droit. En quoi moquer de manière vulgaire Jésus ou Mahomet est-il un progrès, une liberté nécessaire? A force de libéralisme et d'individualisme, nous autres européens perdons de vue la dimension spirituelle de la vie humaine pour n'en retenir que la dimension proprement matérielle. Le phénomène djihadiste est venu nous rappeler que la question religieuse est encore loin, très loin d'être une question résolue."

"J'aimerais conclure sur un exemple récent qui me semble tout à fait caractéristique de ce dont nous parlons ici. Il y a quelques semaines, la Russie a organisé, au sein de l'amphithéâtre de la ville de Palmyre libérée de l'Etat islamique, un concert symphonique où furent joués Prokoviev et Bach (un compositeur russe et un compositeur européen, ce n'est pas anodin). Quelques semaines plus tard, la France décidait d'organiser, à l'occasion de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, un concert de rap, avant que la polémique n'oblige le maire de Verdun à annuler cette absurdité. D'un côté on a fait entendre ce que la civilisation a produit de plus noble et de plus élevé, de l'autre ce qu'elle produit de plus médiocre. La force de Poutine, c'est aussi cela: comprendre que la politique est aussi une affaire de symboles, de grandeur et d'élévation. Nous Européens avons oublié cela depuis longtemps. Céline, encore lui, avait prévenu: «Nous crevons d'être sans légende, sans mystère, sans grandeur».

Plus sur : http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/05/20/31001-20160520ARTFIG00372-mathieu-slama-il-y-a-du-soljenitsyne-dans-le-discours-de-poutine.php

Commenter cet article