Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


Film de propagande : "Le ciel attendra : outil pédagogique contre le djihad ou instrument de diversion ?" BOUZAR-BELKACEM...on peut s'attendre au pire!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 7 Octobre 2016, 21:23pm

Pour ceux qui connaisse Dounia BOUZAR la réponse est facile... c'est une professionnelle de la diversion! On peut dire qu'elle trompe bien son monde... Quant à BELKACEM son soutien est la meilleure preuve que ce film est un filma de propagande! BELKACEM n'est qu'idéologie et propagande...

"FIGAROVOX/ANALYSE - «Le ciel attendra» de Marie-Castille Mention-Schaar écrit en collaboration avec Dounia Bouzar est présenté par Najat Vallaud-Belkacem comme un «film de salubrité publique». Pour Alexandre Devecchio, il reflète au contraire un aveuglement idéologique.

«Un film de salubrité publique», selon Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l'Éducation nationale voit dans Le Ciel attendra, qui sort en salle ce mercredi, un «outil pédagogique» face à l'enrôlement djihadiste. Elle a invité tous les professeurs à découvrir le long-métrage de Marie-Castille Mention-Schaar dans leurs académies respectives. Les critiques sont à l'unisson louant un drame réaliste et pédagogique. La réalisatrice évoque sa volonté de comprendre et de faire comprendre. Le ciel attendra retrace les destins de deux aspirantes djihadistes: Mélanie, 16 ans, et Sonia, 17 ans. La première finit par s'envoler pour le Califat tandis que la seconde, arrêtée par la police juste avant son départ, est sauvée par un programme de «déradicalisation». MDR! Quel est justement le Business de Dounia BOUZAR "y familia"? "La déradicalisation"!!! ...Qui lui a permis de se remplir les poches! BELKACEM et BOUZAR prennent vraiment les français pour des cons!

Alexandre DEVECCHIO voit juste...

"La réalisatrice épouse sans recul la vision bisounours de l'islam véhiculée par Dounia Bouzar. Ce visage médiatique qui a dirigé le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CDSPI), est effet le pivot de ce film. Elle a collaboré à l'écriture du scénario et interprète son propre rôle. Devant la caméra, mi-assistante sociale, mi-gourou, elle sauve Sonia à coup de calinothérapie, de psychologie de bazar et de grandes tirades sur «le vrai islam, religion de paix et d'amour». Il faut se souvenir que Bouzar, omniprésente à la télévision et à la radio et maintentant actrice de cinéma, résume le djihadisme à un phénomène sectaire ordinaire dont l'islam ne serait qu'un prétexte. Elle nie tout lien entre salafisme et djihadisme évacuant ainsi toute la dimension culturelle de l'islamisme. L'«experte» va jusqu'à avancer des chiffres farfelus se basant sur la poignée de personnes qu'elle aurait «déradicalisées». Selon elle, 99% des jeunes tentés par le djihad se sont radicalisés sur Internet et 80% des «jeunes radicalisés» sont des convertis. Peu importe si les auteurs des attentats, qui ont ensanglanté la France ces deux dernières années, étaient dans leur très grande majorité issus de l'immigration. Le diagnostic et la méthode de celle qui militait contre l'interdiction du voile et pour l'enseignement de l'arabe à l'école et enfin prônait la création d'un jour férié musulman au nom de la laïcité, sont cependant contestés. Il y a quelques mois Bouzar a annoncé qu'elle renonçait à poursuivre sa mission de directrice de directrice du CDSPI. Officiellement, la «spécialiste du fait religieux» souhaitait «protester contre la déchéance de nationalité». Certains observateurs pointent sa gestion opaque et son absence de résultat. «Il n'y a rien, pas de chiffres, pas de noms. Quand Mme Bouzar annonce qu'elle a permis d'éviter 400 départs, quels moyens a-t-on de vérifier ce qu'elle avance? Avec les 600 00 euros de budget alloués à sa structure, il serait logique que l'on puisse le faire», s'interroge Nathalie Goulet, la sénatrice centriste et présidente de la commission d'enquête sur les réseaux djihadistes dans Marianne." plus sur http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/10/05/31003-20161005ARTFIG00258--le-ciel-attendra-outil-pedagogique-contre-le-djihad-ou-instrument-de-diversion.php

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents