Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michael Jeaubelaux

Samedi 31 décembre, les autorités allemandes ont interpellé un Syrien, Hasan A.à la frontière franco-allemande. Il est soupçonné d’avoir voulu commettre un attentat en Allemagne, en lien avec l’Etat islamique.

La police allemande a arrêté samedi à la frontière franco-allemande un Syrien de 38 ans soupçonné de vouloir commettre un attentat, rapporte le journal allemand Spiegel. L’homme est un demandeur d’asile arrivé il y a deux ans en Allemagne.

D’après les éléments de l’enquête, l’homme communiquait par la messagerie pour mobile, Telegram, avec un djihadiste. Il comptait apparemment foncer dans la foule d’une ville allemande au volant d’une voiture peinte aux couleurs de la police."

"Il a été placé dimanche en détention provisoire pour « financement du terrorisme ». Un Syrien de 38 ans a été arrêté samedi en Allemagne, soupçonné d’avoir proposé à l’organisation Etat islamique, moyennant 180.000 euros, de commettre plusieurs attentats au camion piégé, ont indiqué ce lundi la police et le parquet.

Le suspect risque une peine allant de 6 mois à 10 ans de prison, qui couvre aussi bien le fait de fournir de l’argent pour un attentat que celui d’en solliciter.

Selon le parquet de Sarrebruck (ouest), les investigations n’ont montré aucune « préparation concrète » d’une attaque, et cette qualification pénale n’a pas été retenue contre le suspect, demandeur d’asile arrivé fin 2014 en Allemagne. L’enquête a en revanche révélé les échanges de cet homme, sur la messagerie cryptée Telegram, avec un correspondant syrien « qu’il savait en mesure d’obtenir de l’EI de l’argent pour financer le terrorisme ».

>> A lire aussi : Deux frères suspectés de préparer un attentat arrêtés en Allemagne

Le suspect réclamait 180.000 euros pour « fournir et maquiller » plusieurs camions remplis d’explosifs, les précipiter dans la foule et tuer un grand nombre « de non-musulmans », explique le parquet. Il s’agissait de frapper « en Allemagne, en France, en Belgique et aux Pays-Bas », précise la police dans un communiqué distinct, affirmant elle aussi qu’il s’agit d’un scénario « loin de tout début de concrétisation ».

Commenter cet article