Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


215 millions de chrétiens sont opprimés dans le monde. Principalement dans des pays musulmans...ça vous étonne?

Publié par Michael Jeaubelaux sur 11 Janvier 2017, 13:49pm

Sans surprise, à part la Corée du Nord, la Chine et l'Inde, presque tous les autres sont des pays musulmans...sans surprise malheureusement...les européens et les français qui se laissent envahir sans broncher et même en encourageant l'invasion devraient méditer sur ces chiffres...Rappelons qu'en France les actes antichrétiens explosent et qu'un prêtre a été égorgé dans son église par un jeune musulman...Les Frères Musulmans et les salafistes sont financés par les grands amis du pouvoir UMPS que sont le QATAR (20) , l'Arabie Saoudite (14) ,  la Turquie (membre de l'OTAN) (37)...et ceux qui financent les mosquées "nationales" sur notre sol, Tunisie (29), Algérie (36), Comores (42)...

Classement des 50 pires pays pour les chrétiens : 

L’association évangélique Portes Ouvertes publie aujourd’hui son « Index mondial des persécutions des chrétiens 2017 ». Parmi les conclusions de ce rapport très détaillé, l’augmentation des persécutions dans le monde, en particulier en Asie, avec le développement du fondamentalisme hindou et bouddhiste. Entretien avec Michel Varton, directeur de l’association pour la France.

Le dernier rapport de l’Aide à l'Église en détresse met l’accent sur le développement du terrorisme islamiste. Est-ce aussi le cas de l’Index que vous publiez aujourd’hui ?

Oui et non. L’extrémisme islamique est un des plus grands facteurs de la persécution des chrétiens dans le monde. Mais un deuxième problème qui grandit est la persécution qui vient du monde bouddhiste et hindou. Les pays où la persécution croît le plus sont en Asie du sud-est, notamment en Inde (hindouisme), au Sri-Lanka, au Bhoutan (bouddhisme).

"Le Vatican a lancé l’alerte au mois de décembre sur les discriminations subies par les chrétiens en Europe, est-ce un sujet que vous suivez ?

On mentionne le fait que c’est un phénomène à surveiller. La crainte, c’est qu’on subisse en Europe les conséquences de la réaction contre le terrorisme, que cela ait des conséquences sur la religion en tant que telle et entraîne une diminution de la liberté de l’Église. Avec, en parallèle, la question de la modernité qui rejette l’Église et laisse de moins en moins de place pour les chrétiens qui veulent vivre leur foi.

Votre rapport évoque une diminution des persécutions en Érythrée. Comment l’expliquez-vous ?

Les chrétiens fuient, quittent le pays. Les chrétiens actifs sont soit en prison, soit à l’étranger. Après beaucoup de violences l’an dernier, il y en a eu beaucoup moins cette année. Or c’est aussi ce que mesure notre Index : l’évolution des violences, plutôt localisées dans le temps, à côté de l’étau, qui qualifie davantage les règles, l’environnement.

Au Yémen, à l’inverse, la situation empire…

Il y a une guerre civile et les chrétiens se trouvent ciblés par les deux côtés. Quand il n’y a plus de règle de droit, d’autorité, les chrétiens sont pris pour cible. Les expatriés sont tous partis. Ceux qui restent sont des locaux, des convertis. Ce sont eux qui sont visés.

En Iran, vous signalez une aggravation de la situation des chrétiens. Or c’est précisément l’année où l’Iran « s’ouvre » à l’Occident…

Sur le fond, rien n’a changé, en Iran. Il y a une Église traditionnelle, institutionnelle, plus ou moins tolérée, parce que les gens restent entre eux et ne vont pas vers les musulmans. Mais il y a dans ce pays beaucoup de conversions, on parle de 600 000 convertis depuis trente ans. Cette église de convertis n’est pas supportée par la surveillance iranienne musulmane et elle est très persécutée. Il y a eu une série d’assassinats de pasteurs au début des années 1990. Suite à cette persécution, beaucoup de musulmans, souvent jeunes, sont devenus chrétiens, souvent suite à des rêves ou des visions. Cette église iranienne non officielle a des centaines de personnes en prison et c’est elle qui est ciblée par les persécutions.

Parmi les pays où la situation des chrétiens empire, le Bangladesh, que le pape doit visiter en 2017…

C’est une véritable explosion de violence à laquelle on assiste au Bangladesh. Il y a des groupes d’islamistes qui imitent l’État islamique, liés ou non à Al Qaida, et beaucoup de persécutions, souvent là aussi contre des convertis. Là où la persécution est la plus forte, c’est souvent là où l’Église est en croissance.

Pour la Corée du Nord, pas de changement ?

Sauf qu’il est plus difficile qu’avant d’entrer dans le pays. La frontière Chine-Corée du Nord est plus difficile à franchir. Les espions nord-coréens cherchent les convertis. On a ainsi eu l’assassinat d’un pasteur chinois qui aidait les réfugiés nord-coréens en mai dernier.

Vous employez le mot « persécution » pour évoquer des situations très diverses. Quel sens donnez-vous à ce mot ?

Nous employons le mot persécution avec une signification large, pour qualifier toute hostilité contre une personne à cause de son attachement au Christ. Cela va de la discrimination jusqu’à la mort. On considère toutes les sphères, de la sphère privée (prière domestique) à l’accueil des personnes dans la société, à l’école, l’éducation, aux lois encadrant la liberté de religion et de conscience. La situation est souvent différente souvent les lieux dans les pays, entre les grandes villes, qui peuvent être plus ouvertes, et les régions plus rurales."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents