Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michael Jeaubelaux

Hier tous les medias ont titré "Défaite de l'Extrème-droite aux Pays-Bas!...l'Europe respire"...or c'est tout simplement faux... le Parti de Geert WILDERS a gagné 4 sièges et à progresser de 30%!...il en aurait gagné beaucoup plus si il n'y avait pas eu "l'affaire Turc"...sa réponse ferme à la provocation du dictateur islamiste turc ERDOGAN lui a fait gagner 5 sièges! 

On vous a dit aussi que les écologistes avaient quadruplés leur nombre de siège : de 4 à 16...mais qui vous a dit pourquoi? Personne ou presque...et encore "en passant"...

La réalité est que le Parti Social-Démocrate, membre de la coalition gouvernementale précédente avec le Parti Libéral s'est effondré! C'est à dire que la coalition gouvernementale s'est effondrée aussi, même si le Parti Libéral est arrivé en tête. Une partie des voix manquantes sont allés se loger sur le candidat "écolo"...

Mais ça où l'avez vous lu, et surtout où l'avez-vous entendu?

Les Pays-Bas ont limité la progression de l'extrême droite (PVV, qui progresse néanmoins de 30% en termes de sièges) et ont conforté le pouvoir du conservateur Mark Rutte (le VVD perd néanmoins 8 élus) dans un scrutin national marqué par l’effondrement de la social-démocratie classique néerlandaise ( PvdA) qui passe de 39 sièges à 9 alors que ce parti participait à la coalition gouvernementale.

Difficile donc de parler de succès, lors des législatives du 15 mars 2017, pour la coalition au pouvoir qui voit ses deux principaux partis perdre des sièges (40 environ au total, sur les 150 que compte la chambre). Même si les deux mouvements ne reculent pas de la même façon puisque le PvdA s’effondre littéralement.

Ce parti travailliste, celui du président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, perd en effet 19 points, passant de 24,8 % à 5,7 %. Jamais ce parti, qui a depuis la guerre toujours été le premier ou le second parti du pays, n'avait obtenu un score aussi bas dans une élection aux Pays-Bas.

La politique d'austérité, menée par le gouvernement Rutte au début de son mandat, s'atténuant à l'approche des élections, a sans aucun doute pesé sur les électeurs de gauche qui ont ainsi sanctionné le PvdA.


(..)

En revanche, le parti socialiste (SP) situé à la gauche du PvdA n'a pas profité de la déroute social-démocrate."

Commenter cet article