Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michael Jeaubelaux

"Casser les codes", "briser les tabous", "bousculer, déranger"... voilà ce à quoi se réduit une certaine "création subventionnée"!

Pétition :

Monsieur le Garde des Sceaux,

Il se joue, en ce moment une pièce au théâtre Nanterre-Amandiers  dans laquelle  le metteur en scène Milo Rau fait jouer à des enfants de 8 à 13 ans un « spectacle » retraçant  l'horrible affaire Dutroux : Five easy pieces, une série de "pièces d'enfants pour un public adulte".

 « C'est un thème qui m'intéresse dans le théâtre depuis toujours, le statut du spectateur, le voyeurisme, ce qui se passe quand on regarde des enfants jouer cette affaire qui est peut-être un des derniers tabous de notre temps, la pédophilie, la mise en scène du corps de l'enfant et de l'émotion des enfants. » (15/03/2017, Le Parisien)

Milo RAU affirme lui-même que son souhait est d'utiliser de jeunes enfants pour déranger son public et s'adresser à ses penchants les moins nobles.

Il reconnaît, que ces enfants n'ont pas la distance nécessaire pour prendre la mesure de la tragédie qu'a été cette histoire. C'est d'ailleurs cette situation malsaine qui semble l'intéresser.

« [Les enfants] n'étaient pas nés à cette époque, alors pour eux, c'est de la fiction. Marc Dutroux est aussi cruel que le loup dans le Petit Chaperon rouge. » (La Voix du Nord).

Faire incarner par ces enfants une histoire dont ils ne peuvent pas mesurer la gravité, les entraine à leur insu dans une situation indécente et traumatisante.

L’implication d'enfants mineurs dans une telle représentation n'est pas sans poser de lourdes questions. Comment ont-ils été préparés à ces rôles? Leur image, leur conscience et leur intégrité ont-elles été respectées? Leur parents ont-ils été dûment informés et leur consentement personnellement recueilli?

Sur ces différentes questions, quelles actions les services que vous dirigez ont-ils engagées afin de s'assurer que sur le respect des droits fondamentaux des enfants et des familles, toutes les garanties sont présentes?

Ceci au-delà de considérations morales qui me font regarder cette «œuvre» comme un pur scandale, mais il est vrai que cela ne relève pas de la compétence de votre ministère.

Dans l'attente de vous lire, je vous prie de croire, Monsieur le Garde des Sceaux, en l'expression de ma respectueuse considération.

 

 

Jean Frédéric Poisson,

Député des Yvelines

(Note de M.J. la mise en page : gras, soulignement est de mon fait)

Commenter cet article