Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michael Jeaubelaux

"Comme à Paris, dans le quartier Chapelle-Pajol, à cheval sur les Xe et XVIIIe arrondissement. Un quartier où « plusieurs centaines de mètres carrés de bitume [sont] abandonnés aux seuls hommes, et où les femmes n’ont plus droit de cité. Cafés, bars et restaurants leur sont interdits. Comme les trottoirs, la station de métro et les squares », rapporte Le Parisien, ce vendredi. Devant « des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, vendeurs de drogues, migrants et passeurs [qui] tiennent les rues, harcelant les femmes », leur vie est devenue infernale au point que nombre d’entre elles ont renoncé à sortir."

(On voit facilement à quoi ressemblent "les hommes" qui font la chasse aux femmes...)

"Que font les autorités ? De la com’, cette grande spécialité de madame Hidalgo, qui préfère aménager les loisirs des bobos du dimanche et vendre les Jeux olympiques que se pencher sur la vie des quartiers populaires, ceux où on laisse prospérer dealers, voleurs et camps de migrants… Dans ce style fleuri et écolo qui désigne désormais nos opérations guerrières, la mairie de Paris et le préfet de police ont ainsi lancé, en janvier, une opération intitulée « Barbès respire » (sans blague !). 110 opérations ont donné lieu à plus de 19.000 évictions de vendeurs à la sauvette et 884 personnes ont été arrêtées, nous dit-on.Faut-il vous expliquer les mots ? « Éviction » signifie qu’on les repousse au carrefour suivant, « arrêtées » qu’on les a relâchées deux heures après…Porter plainte ? Ça ne sert strictement à rien. « Nous sommes des éoliennes, on brasse de l’air », m’a dit récemment un policier excédé." (Source BV)

Commenter cet article