Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media.


DICTATURE LGBT - AVIGNON : l'édition 2018 du festival célébrera "la transsexualité"!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 25 Juillet 2017, 19:55pm

"Gender. Olivier Py, le directeur du festival d'Avignon a indiqué, ce mardi 25 juillet, que l'édition 2018 mettrait en avant la notion du genre.

La culture fait toujours un peu de politique. Cette année, par exemple, le festival d'Avignon avait décidé de mettre en scène les dernières heures de la vie de Mohammed Merah, ou de jouer une pièce inspirée d'un texte de Charb - qui avait été dans un premier temps refusée.

En 2018, pour la 72eédition, le festival sondera cette fois-ci "le genre, la trans-identité, la transsexualité" a déclaré Olivier Py, le directeur, dans une conférence de presse-bilan, ce mardi 25 juillet."

L'Homosexualisme et le transsexualisme sont imposé partout! Et très bien subventionnés! Olivier PY en est un des chantres! ...au talent "discutable" mais "bien en Cour"!

Depuis quand n’avait-on pas vécu un chemin de croix tel qu’avec ces Parisiens livrés en pâture par Olivier Py aux spectateurs du Festival, qu’il dirige ?
Depuis deux ans tout juste, quand le même Py avait mis en scène Le Roi Lear dans la Cour d’honneur du Palais des papes.
Le désastre avait été si magistral qu’Olivier Py lui-même s’était mis à la diète, se contentant de présenter sobrement, en 2016, quatre courtes pièces d’Eschyle.
Mais on ne se refait pas : Olivier Py revient, en cette édition 2017, avec une nouvelle création adaptée de son roman Les Parisiens, publié chez Actes Sud à l’automne 2016.
C’est peu de dire qu’elle a plongé l’ensemble de la critique, française comme étrangère, dans un état d’effarement rarement atteint, face à ce spectacle boursouflé de prétention, d’aigreur et de cynisme, dans lequel Olivier Py, en pleine panne d’inspiration sur le plan artistique, règle ses comptes ad libitum avec le milieu culturel français.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/festival-d-avignon/article/2017/07/11/olivier-py-faust-dans-les-backrooms_5158787_4406278.html#cS7ED0wlBuBfPbGx.99

Festival d'Avignon: Bartabas furieux contre Olivier Py de ne pas avoir été programmé
«Un patron de festival doit montrer tout le spectre de la création», souligne-t-il dans un entretien à LObs publié jeudi: «Or, Olivier Py a choisi de couper Avignon des grands spectacles populaires», accuse-t-il, en rappelant que huit de ses créations ont été données en première française à Avignon depuis 1988.
Le chef du théâtre Zingaro, connu pour son tempérament ombrageux, dénonce la nomination à la tête de grandes institutions de metteurs en scène et non d'administrateurs. 
«Désormais, le ver est dans le fruit, insiste Bartabas. Par essence, un metteur en scène s'intéresse d'abord à son travail, et il n'a besoin des autres que dans un système d'échange de bons procédés: je te prends un spectacle si tu me prends le mien».
Son travail d'abord ?
Olivier Py «ne trouve rien de mieux que d'ouvrir le festival avec sa propre mise en scène du Roi Lear dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes», poursuit-il, «il reproduit à Avignon ce qu'il faisait au théâtre de l'Odéon, où il présentait son travail en priorité». 
Selon Bartabas, Olivier Py, lorsqu'il l'a sollicité, aurait répondu: «Nous n'avons plus les mêmes moyens que dans les années 1970».
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents