Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


Va-t-on passer du Ministère de l' Endoctrinement National de BELKACEM au Ministère de l'Instruction Public ? Pour le nouveau ministre, Jean-Michel BLANQUER, "l'égalitarisme" est "le vrai ennemi du service public" Michel BLANQUER . le seul ministre qui semble tenir la route : Mais attendons de le voir réellement à l'oeuvre!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 25 Juillet 2017, 14:49pm

" Dans une interview au Journal du dimanche, le ministre de l'Education prône "la liberté et l'autonomie" à l'école et détaille une batterie de mesures : mise en place des classes de CP à 12 élèves, rétablissement des classes bilangues, dispositifs "devoirs faits" à l'école, ou création "d'internats liberté" dans les zones rurales. "

L’école va changer dès la rentrée, dans six semaines. Seront mis en place : le dédoublement des classes de CP du réseau d’éducation prioritaire renforcé (REP+), le dispositif "devoirs faits", l’adaptation des rythmes scolaires, la restauration des classes bilangues, des sections européennes et du latin. Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education nationale, explique tous ces changements au JDD de dimanche. "Pour aller de l’avant, dit-il, on doit toujours analyser les forces et les faiblesses de ce dont on hérite [...] L’ensemble de mes actions se résume en la volonté de bâtir l’école de la confiance."

(..)

"La priorité pour l'école primaire : 100% de réussite au CP"

Quel est votre projet pour l'école primaire?

Notre priorité, c'est de voir 100% des élèves réussir leur CP. Aujourd'hui, plus de 20 % sortent de l'école primaire sans savoir correctement lire, écrire, compter et respecter autrui. Nous allons concentrer notre attention sur ces 750.000 élèves. Pour cela, une mesure dont l'efficacité a été internationalement reconnue sera mise en place : diviser par deux le nombre d'élèves dans ces classes en zone d'éducation prioritaire renforcée. Il nous faudra aussi travailler sur la qualité pédagogique, le recrutement des enseignants et, bien sûr, leur formation. (..)

Dans le secondaire, comment se traduit l'assouplissement de la réforme du collège?

D'abord, l'ensemble des classes bilangues est en passe d'être rétabli, soit 1.200 classes dès la rentrée. Nous rouvrons aussi les parcours européens. Et les cours de latin et de grec sont restaurés chaque fois que c'est possible. C'est un enjeu de civilisation : quelles que soient nos origines, nous ne venons pas de nulle part. Nos racines gréco-latines structurent notre langage, donc notre vie. (..)

Vous prônez la liberté et l'autonomie : l'école privée constitue-elle un modèle pour vous?

Je suis profondément habité par la valeur et la force de l'école publique. Si la plus grande fuite observée vers le privé depuis des décennies a eu lieu à la rentrée 2016, il y a une raison : en imposant des mesures uniformes, la réforme du collège a cassé l'attractivité des établissements publics. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas s'inspirer du privé, mais aussi des modèles étrangers et surtout des études scientifiques.

Le vrai ennemi du service public, c'est l'égalitarisme ; son ami, la liberté. La liberté bien conçue favorise l'égalité.

Beaucoup de syndicats peuvent entendre cela.

Au collège, vous lancez le programme 'Devoirs faits' : les élèves feront leurs devoirs avant de rentrer chez eux. Est-ce vraiment réalisable partout dès cette année?

Nous proposerons des études dirigées à tous les collégiens qui le souhaitent. Le dispositif sera opérationnel à la Toussaint. Nous comptons sur l'implication des professeurs en heures supplémentaires, la transformation du métier d'assistant d'éducation, la mobilisation de 10.000 jeunes en service civique et le soutien des associations. Nous voulons que les devoirs ne soient plus une source d'inégalité entre élèves mais une chance pour tous.

La plateforme APB angoisse beaucoup de parents. La ministre de l'Enseignement supérieur a lancé lundi une concertation sur l'entrée à l'université. Que proposez-vous pour en finir avec les tirages au sort?

Je comprends l'angoisse des parents. Le tirage au sort est la négation de toutes les valeurs que nous prônons : le mérite et la réussite des élèves grâce à une bonne orientation.

Nous allons travailler à une cohérence et à un rebond : la cohérence, à travers une politique d'orientation profondément revisitée dès le début du lycée ; le rebond, avec la réforme du baccalauréat sur laquelle nous entamerons une concertation dès l'automne.(..)

Lundi, lors de la Conférence des territoires, le Président a indiqué vouloir donner à la ruralité "les mêmes chances de réussir". Cela implique-t-il l'école?

Nous voulons donner envie aux familles d'envoyer leurs enfants dans les écoles rurales. La relance d'une politique volontariste des internats à la rentrée 2018 participe de cette dynamique. Il faut passer de l'internat prison tel qu'il est perçu à l'internat liberté, qui allie rigueur (usage raisonné des écrans, temps de sommeil respectés…) et bonheur (épanouissement personnel et activités culturelles et sportives). C'est une clé pour redevenir un modèle éducatif attractif à l'échelle internationale.

Comment allez-vous créer ces 'internats liberté'?

La cible privilégiée, ce sont les 36.000 places disponibles dans les internats existants des collèges et des lycées. D'ici à fin décembre, nous allons discuter avec les collectivités territoriales pour identifier les places libres, élaborer une stratégie et porter une ambition pédagogique, pourquoi pas dans des départements expérimentaux. La France a un capital éducatif exceptionnel, à nous de le réveiller.

Faut-il réduire les grandes vacances?

Il n'y a pas d'engagement présidentiel en la matière. Mais à chaque fois qu'on parle du rythme de l'enfant au XXIe siècle, on doit se poser la question des vacances, qu'il s'agisse de l'été ou des vacances intermédiaires. C'est un sujet plus important que celui du rythme hebdomadaire.

Dans le cadre de l'initiative 'Un livre pour les vacances', vous avez offert Les Fables de La Fontaine aux CM2 de trois académies. Laquelle vous inspire le plus?

Le laboureur et ses enfants. Un cultivateur confie à ses enfants qu'il a un trésor caché dans son champ. À sa mort, ils remuent la terre et ne trouvent aucun magot, mais le champ devient de plus en plus fertile. C'est la morale de l'école : en travaillant, on se crée le plus grand des trésors.

Propos recueillis par Herév Gattegno, Cyril Petit (@CyrilPetit) et Marie Quenet

plus sur http://www.lejdd.fr/politique/jean-michel-blanquer-au-jdd-lennemi-cest-legalitarisme-3395378

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents