Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media.


Honneur à un patriote courageux, fier d'être français, fier d'être chrétien! - Max GALLO, décédé ce jour, était un historien qui aimait la FRANCE et qui était lucide sur le danger islamiste qui la menace. RIP.

Publié par Michael Jeaubelaux sur 19 Juillet 2017, 21:35pm

Toutes mes condoléances à ceux qui l'aiment. Max GALLO, depuis longtemps, était lucide quant au danger de l'islam et de l'islamisation, couplé au problème identitaire de la FRANCE! Il a écrit notamment un roman sur le sujet , en 2006! (10 ans avant l'Etat Islamique"! Et les camps d'été interdits aux blancs" organisés par le PIR, le CCIF, l'élection de MACRON..): "Les Fanatiques", mais aussi la même année "Fier d'être français" assorti d'un article explicite dans Le Figaro, " Islam : ne rien abandonner à la politique de l'apaisement"http://www.lefigaro.fr/debats/2006/02/08/01005-20060208ARTFIG90209-islam_ne_rien_abandonner_a_la_politique_de_l_apaisement_.php

Le Parti des Indigènes de la République (PIR) ne s'était pas trompé et n'avait pas manqué de lui cracher dessus! Ce qui est un honneur!  http://indigenes-republique.fr/fier-de-netre-pas-max-gallo/http://indigenes-republique.fr/fier-de-netre-pas-max-gallo/

Max GALLO avait renouer avec la foi catholique, et ne s'en cachait pas. Dès 2002 (!), à la question "Les Français ont-ils besoin de retrouver leurs racines ? il répondait :

"La France souffre d’un très grand déficit de sens. Elle ne sait plus où elle va, ni même ce qu’elle est, peut-être parce qu’elle ne sait plus d’où elle vient. Le XXe siècle, ses guerres et ses totalitarismes, n’a épargné personne. Mais là où d’autres ont su trouver un nouvel élan, qu’il s’agisse des États-Unis, de la Chine, de l’Angleterre ou de l’Allemagne réunifiée, notre pays semble être resté en rade. De toutes les grandes nations, nous sommes la plus blessée symboliquement. Nous n’avons plus de grand dessein.

Le problème de la France aujourd’hui [ en 2002] ne se résume pas à la question des retraites ou de la sécurité, mais à celle de notre identité.

À quelle communauté appartenons-nous ? Quel est notre projet collectif ? Ces questions méritent aussi une réponse spirituelle."

http://www.lavie.fr/actualite/societe/max-gallo-pourquoi-je-prie-19-07-2017-83756_7.php

Depuis la situation n'a fait qu'empirer!

 

 

"L'académicien s'est éteint mardi 18 juillet, à l'âge de 85 ans. Véritable passionné de l'histoire de France, il aura publié plus de cent livres, et participé activement à la vie politique et intellectuelle française.

Au seuil de sa carrière, Max Gallo s'intéresse à la politique ; fervent communiste, il s'éloigne du parti après la mort de Staline. Il qualifie ses premiers romans de «politique-fiction», édités sous le pseudonyme de Max Laughman (L'Italie de Mussolini en 1964, Gauchisme, réformisme et révolution en 1968, Le Cortège des vainqueurs en 1972). L'écrivain ne fait pas que disserter: il s'investit, et est candidat aux élections municipales de Nice dans le parti socialiste. Ayant échoué, il devient secrétaire d'État et porte-parole du gouvernement en 1983, mais finit par s'éloigner de la gauche. Dans la foulée, il s'exprime à travers une tribune, Le silence des intellectuels (Le Monde), afin de dénoncer l'inactivité des érudits. Il décide d'agir, et fonde le Mouvement des citoyens avec Jean-Pierre Chevènement.

Il développe l'idée d'une crise nationale qui commence à la fin de la Première Guerre mondiale. Dans ce sens, il écrit Fier d'être français, ou L'âme de la France, histoire de la nation, des origines à nos jours, pour dénoncer la notion de repentance historique qui se développe dans les années 2000. «Je n'appartiens pas à la France de la repentance… j'appartiens à une France fière d'être elle-même.»

En 2005 il rejoint le groupe d'historiens qui refuse une réécriture du passé à l'aune des lois mémorielles. Pour lui, la loi doit être séparée de l'histoire. Il conteste la position de Jacques Chirac à propos de la responsabilité de l'État français dans la Shoah, ainsi que la loi Taubira qui reconnait les traites et esclavages comme crime contre l'humanité. Basculant à droite, Max Gallo rédige plusieurs discours de Nicolas Sarkozy, comme celui à la mémoire du poilu de 1914, Lazare Ponticelli.

Il entre à l'Académie française le 31 mai 2008, au fauteuil de son ami Jean François Revel. Il continue à écrire en grande quantité, mais la maladie de Parkinson le contraint à ralentir. Il publie ses mémoires dans L'oubli est la ruse du diable, où il se confie, notamment sur le décès de sa fille, qui l'a rempli de culpabilité. Celui qui se définit comme républicain et catholique aura écrit quantité d'ouvrages, sur une vieille machine à écrire, en souvenir sans doute de celle que son père lui avait offerte avec cette phrase: «Tu peux gagner de grandes batailles avec ça.» Et il en a gagné, tant son nom reste dans la mémoire française au Panthéon des auteurs les plus prolifiques.

«J'écris pour qu'on ne puisse pas ensevelir les morts sous le silence et les assassiner ainsi une nouvelle fois. J'écris pour qu'ils revivent un jour» (Le Pacte des assassins).

À VOIR - En 2015, Max Gallo se confiait sur sa maladie

(Source LE FIGARO)

Aurons-nous demain le courage – et la possibilité – d'exprimer ce que nous pensons, vrai ou faux, de l'islam ? Ou bien, au moment de dessiner une caricature, d'écrire, de publier, ou tout simplement de parler, et même de penser, devrons-nous nous autocensurer, nous souvenant des foules déchaînées incendiant des représentations diplomatiques du Danemark et de la Norvège, ces deux pays qui sont parmi les plus pacifiques, les plus démocratiques de tous les États du monde ?

(MJ : 11 ans après cet article, nous avons la réponse, c'est bien le pire prévisible qui est d'actualité!)

Liberté ou autocensure, c'est l'enjeu du moment ; et la pression est si forte qu'on oublie une évidence : ces violences se produisent dans des États où, le plus souvent, les droits élémentaires de la personne ne sont pas respectés. On n'y manifeste pas sans la complaisance du pouvoir. Dans ces lieux, les religions autres que l'islam ne sont pas tolérées ou, si surveillées, si stigmatisées qu'elles sont de fait interdites. Là on diffuse des feuilletons télévisés, des livres qui reprennent les thèmes du faux les Protocoles des sages de Sion. Les juifs y sont représentés comme des égorgeurs d'enfants, maîtres du monde. C'est dans ces pays qu'on applaudit les déclarations d'un chef d'État qui proclame qu'il faut «rayer Israël de la carte» et doter sa nation du feu nucléaire.

(..)

Certes, il faut tenir compte de la souffrance infligée aux croyants par ce qui leur paraît blasphématoire. Et il y a dans l'usage marchand de la dérision une négation de l'Autre qui est attentatoire à sa dignité. Il faut le dire. Mais à quelles régressions conduiraient censure et autocensure ? Et surtout – c'est la question cardinale –, jusqu'où devrions-nous aller ?

Là où est le musulman, là est terre d'islam. Et le croyant doit respecter, au nom de sa foi, les préceptes de sa religion. Au bout il y a la charia, la loi de l'islam, ensemble des prescriptions et des réglementations auxquelles le musulman doit se soumettre et qui portent à la fois sur la vie culturelle et sur les relations sociales. La foi vive, exigeante, du musulman envahit l'espace social. Faut-il énumérer ce que nous avons déjà accepté ? Piscines séparées selon les sexes, patientes exigeant d'être soignées par des femmes médecins, cours d'histoire et de littérature contestés, tentative pour faire interdire une pièce de Voltaire (1741 !) intitulée Le Fanatisme ou Mahomet le Prophète, etc., etc. Doit-on, à chaque fois, reculer au nom du respect de l'Autre, de sa sincérité ? Faut-il pratiquer cette politique d'apaisement ? Cela consisterait à renoncer à l'existence d'un espace public laïque. Il est imparfait ? Certes, mais il nous a permis peu à peu de nous tolérer les uns les autres, de vivre ensemble avec un socle de valeurs communes.

On peut faire le pari – optimiste – d'une responsabilité réciproque et partagée des acteurs du jeu social. Les musulmans accepteraient – ce qu'ils sont nombreux à faire déjà en dépit des exhortations des extrémistes, comme l'ont fait les religions judéo-chrétiennes, cet espace public laïcisé, une relation personnelle à sa foi, et le jeu libre de l'esprit critique, bref le fonctionnement de la démocratie.

On peut aussi envisager une capitulation rampante qui se donnerait la bonne conscience de la sagesse et de l'esprit de responsabilité. Pour acheter la paix, pourquoi s'encombrer de ces mauvais caricaturistes, de ces irresponsables ? Ont-ils du pétrole les adeptes de la liberté de pensée ? Sont-ils capables de défendre au péril de leur vie les grands principes qu'ils proclament ? Pour ne pas payer l'essence trop chère et garder nos parts de marché, pourquoi ne pas cesser de résister ? Va-t-on se battre pour douze caricatures sinistres ? Et allons au bout : l'Empire romain a été conquis par le christianisme ; pourquoi l'islam ne serait-il pas la nouvelle religion conquérante ? On s'adaptera. On se convertira. Il faut oser regarder ces choix en face. Que voulons-nous défendre de ce que nous avons acquis, siècle après siècle ? Que sommes-nous prêts à abandonner ? Par réalisme ? Par sagesse ? Ou par lâcheté ? Au temps de Munich, en 1938, ce dernier mot avait un synonyme, employé par les diplomates : apaisement."

Une interview exemplaire de Max GALLO face à Djamel BOURRAS, Max "appelle un chat, un chat"!

Mort de Max Gallo. Du socialisme au patriotisme et du laïcisme au retour aux racines chrétiennes, il avait fait un long chemin. RIP.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents