Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


Infos donateurs - Donnez en connaissance de causes - Liste des associations et mouvements catholiques qui soutiennent le candidat de Pierre BERGE ("le candidat du Fric!") et qui se sont mêler de politique en soutenant MACRON contre Marine... et les autres....

Publié par Michael Jeaubelaux sur 15 Juillet 2017, 14:32pm

Les évêques de France ont eu la sagesse de ne pas donner de consignes de vote.

(sauf certains d'entre-eux qui sans aller jusqu'au bout, on appelé à voter pour le candidat du fric, de la GPA Pour Tous et de la PMA Pour Toutes, dont Mgr BARBARIN, très lié à Gérard COLLOMB et empêtré dans des affaires de pédophilie, qui a tenu à faire un communiqué, implicitement en faveur de MACRON...)

Mais d'autres qui nous demandent souvent de mettre la main à la poche ont crus utile d'appeler à voter MACRON, le candidat de Pierre Bergé (celui qui a dit " « Nous ne pouvons pas faire de distinction dans les droits, que ce soit la PMA, la GPA ou l'adoption. Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant oulouer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence ?C'est faire un distinguo qui est choquant ». ) et qui veut légaliser "la PMA sans père pour toutes" et remboursée par l'Assurance-Maladie (entre autres...)!

Quand on confond le caritatif, l'associatif et le politique, il faut s'attendre à en subir les conséquences.

Personnellement je ne donnerai plus à ceux-là, ni ne collaborerait en quoique ce soit avec eux :

Liste des Signataires : Action catholique des enfants (ACE), Action catholique des femmes (ACF), Action catholique des milieux indépendants (ACI), Action catholique ouvrière (ACO), Apprentis d’Auteuil, Association des cités du Secours catholique, Comité chrétiens de solidarité avec les chômeurs et les précaires (CCSC), Centre de Recherche et d’Action sociale (CERAS), CCFD-Terre Solidaire, Centre Catholique des Médecins Français, Chrétiens dans le monde rural (CMR), Chrétiens dans l’Enseignement public, Chrétiens en Forum, Communauté Mission de France, Communauté Vie Chrétienne (CVX), Confrontations (Association d’intellectuels chrétiens), Délégation catholique pour la coopération (DCC), Entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC), Ethique et Investissement, Etudes, Fédération française des Équipes Saint-Vincent, Fondacio, Instituts religieux et solidarité internationale (IRSI), Jeunesse étudiante chrétienne (JEC), Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), JRS France, Justice et Paix, Mission de la Mer, Mouvement chrétien des cadres et dirigeants (MCC), Mouvement chrétien des retraités (MCR), Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC), Ordre de Malte France***, Pax Christi, Scouts et Guides de France, Secours catholique – Caritas France, Semaines sociales de France, Vicariat pour la Solidarité de l’archidiocèse de Paris, Vivre Ensemble l’Evangile Aujourd’hui, Voir Ensemble., le 28/04/2017 à 16h10
Mis à jour le 01/05/2017 à 10h52

Mais d'autres n'ont pas fait les mêmes choix : AED (Aide à l'Eglise en Détresse), VITA, Famille Chrétienne, Société de Saint Vincent de Paul, Petites soeurs des pauvres, Petits frères des pauvres ...n'ont rien dit et c'est très bien.

La Manif Pour tous qui elle n'est pas un mouvement religieux ou "catholique" comme certains voudraient le faire accroire, a logiquement dit que pour elle "MACRON c'est NON!" sans évidemment dire à ses sympathisants ce qu'ils devaient faire, ils sont suffisamment adultes pour ne pas avoir besoin de "consignes de vote" ou de rappels éthiques par ceux qui privilégient "le candidat du fric, du mariage et de l'adoption homosexuel, de la PMA pour toutes et la GPA pour Tous, de l'avortement comme "droit fondamental des femmes", de l'euthanasie,etc...le candidat des francs-maçons et de leurs amis"!!

De fait beaucoup de catholiques et parmi eux beaucoup de ceux qui avaient manifestés avec La Manif Pour Tous ont voté MACRON au premier ou second tour!

Pour "l'Ethique"? Non, pour leur fric! ... Certains ne se cachent pas d'avoir fait "un vote de classe"!

Dieu seul jugera!

*** Il semble que l'Ordre de Malte se soit fait piéger...

Après avoir retiré sa signature d’un appel d’associations dites catholiques appelant à voter Macron, Yann Baggio, Président de l’Ordre de Malte France, explique :

L’Ordre de Malte France a décidé d’apporter sa signature, à la veille du deuxième tour de l’élection présidentielle, aux côtés d’une quarantaine d’autres organisations et mouvements catholiques, pour rappeler les valeurs évangéliques qui nous animent et la dignité imprescriptible de la personne humaine. Cette communication n’appelle naturellement pas à voter pour l’un ou l’autre des deux candidats.

Nous constatons aujourd’hui une manipulation de cette communication à des fins partisanes que nous ne pouvons tolérer. L’Eglise et les différents mouvements caritatifs qui la composent, dont l’Ordre de Malte France fait partie, ne peuvent affirmer de préférence électorale.

Mais si nous ne sommes pas du Monde, nous sommes dans le Monde et nous ne pouvons rester indifférents à tous ceux qui souffrent. Ainsi, nous avons le devoir de rappeler aux hommes politiques notre préoccupation devant les graves atteintes à la dignité de l’homme que nous observons dans notre propre pays depuis de nombreuses années. Nous défendrons toujours « l’homme de son origine à sa fin naturelle » (1) en « exerçant, sans distinction de religion ou d’origine, les vertus de charité et de fraternité au profit des malades, des pauvres et des réfugiés » (2). Ceci est le sens de notre signature à la communication qui a été faite et qui manifeste notre profonde adhésion à la doctrine sociale de l’Eglise catholique et à notre pape François.

(1) Article 1 Statuts de l’Ordre de Malte France
(2) Article 2-2 Charte constitutionnelle de l’Ordre Souverain de Malte

 
Présidentielle : chez les catholiques, une diversité de prises de position

LAURENCE DESJOYAUX publié le 02/05/2017

Évêques, intellectuels, mouvements, associations : de nombreux catholiques se sont exprimés avant le second tour de l'élection présidentielle. Une diversité de points de vue à l’image de la diversité du catholicisme français.

Pour qui voter au second tour ? se demandent beaucoup d’électeurs catholiques, notamment ceux de François Fillon ou de Jean-Luc Mélenchon. La réponse ne leur viendra pas du sommet de l’institution. Après le premier tour, la Conférence des évêques de France (CEF) a rappelé des points fondamentaux sans se prononcer sur un nom. Cette absence de consignes – en l'occurrence contre le Front national – a suscité le débat, surtout sur les réseaux sociaux et dans les médias. 

Mgr George Pontier, président de la CEF, a entendu qu'une telle décision pouvait troubler  : « Il faut reconnaître qu’il est difficile de se forger une opinion dans ce climat hystérisé, a-t-il souligné. Mais qu’est-il plus facile : dire de voter pour tel ou tel ou inviter à la réflexion et au discernement ? Dans cette ambiance, il me semble que le rôle de l’Église est, plus que jamais, de ne pas prendre parti pour l’un ou l’autre candidat mais de rappeler à chaque électeur ce que notre foi nous invite à prendre en compte. »

Que retenir du message des évêques de France ?

De fait, nombre de prélats n'ont pas déviés de cette ligne. « Les évêques ont été maintes fois sollicités – sinon sommés – pour donner leur avis, mais je ne puis que répondre : choisissez en conscience ! », s’exclame ainsi Dominique Rey, de Toulon, soutenu par Marc Aillet, à Bayonne. « Les chrétiens ont à faire personnellement des choix mais l’Église, comme communauté des chrétiens, n’a pas à être force d’appoint en faveur de tel ou tel candidat. Elle a une autre ambition. Elle est porteuse d’un projet global qui concerne l’homme et la société », estime pour sa part le cardinal Ricard.

À Rouen, Dominique Lebrun exhorte les fidèles à « voter l’Évangile à la main », sans préciser à quelle page il faut l'ouvrir. Certains sont surtout soucieux de préserver l’unité. « Imaginez que les évêques entrent dans le jeu des consignes de vote. Ils ajouteraient immédiatement de la fracture à la fracture, de l’exclusion à l’exclusion, explique dans La Croix 

Mgr Jean-Paul Jaeger, du diocèse d’Arras. Dans un département où plus d’un électeur sur trois a voté FN, se prononcer aussi clairement reviendrait à dire à ces gens qu’ils ne comptent pas et qu’ils n’ont rien compris à rien. »

Pour d’autres, justement, ce score important du Front national nécessite une parole claire contre un vote Le Pen.

C'est la position de Pascal Wintzer (Poitiers), Denis Moutel (Saint-Brieuc), Stanislas Lalanne (Pontoise), ou Marc Stenger (Troyes), etc.

Dans une déclaration commune transparente, l’évêque de Strasbourg, Mgr Luc Ravel, Christian Albecker, président du Conseil de l'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine et René Gutman, grand rabbin de Strasbourg mettent en garde les électeurs à la fois contre la tentation d’un repli nationaliste, contre l’abstention et contre le vote blanc (MJ : ces hypocrites n'ont pas osé dire "Votez MACRON!" )

À Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, dans un communiqué avec les Responsables d'Eglises de la ville, constate que « des membres de nos Églises peinent à trouver une motivation pour s’exprimer par leur vote lors du second tour de scrutin » et rappelle : « Nous ne pouvons pas considérer comme anodine la présence au second tour d’un parti qui, historiquement a toujours été porteur d’un discours nationaliste dangereux dont la mise en œuvre serait désastreuse.

Nous croyons que l’Évangile que nous avons reçu et que nous essayons de vivre, nous engage sans cesse à être des "artisans de paix", des "affamés et assoiffés de justice".

C’est pourquoi aujourd’hui nous tenons à rappeler ensemble que nous sommes et nous serons toujours clairement engagés pour que reculent les discriminations, les inégalités, la violence, la xénophobie et toutes les paroles de haine qui fracturent notre société. » 

À notre connaissance, aucun prélat n’a appelé à voter explicitement pour Emmanuel Macron. 

Et les autres ?

Le vote Macron, un pas franchi par Erwan Le Morhedec, auteur du blog Koztoujours, qui votera pour lui. « Si d’autres partis ont leurs incohérence, le Front national, lui, vit sur une contradiction à l’Évangile et elle est fondatrice du parti : c’est le rejet de l’étranger », précise-t-ildans La Croix pointant aussi les faiblesses d’Emmanuel Macron. Parmi ceux qui voteront pour le candidat En Marche !, avec plus ou moins de réserves, on peut aussi citer l’écrivain Jean d’Ormesson, la théologienne Véronique Margron, l'universitaire Paul-Louis Rinuy, le député Jean-Christophe Fromantin et beaucoup d’autres encore, dont les intellectuels de l'association Confrontations. 

« Allons voter, le pire est possible », tranchent aussi les Scouts et guides de France qui précisent clairement : « Particulièrement lors de cette échéance. Il n’est pas possible de s’en remettre aux autres pour écarter l’inacceptable. Que l’on soit partisan de l’autre projet présent au second tour ou pas du tout, il n’y a aujourd’hui qu’une solution sûre pour repousser celui du FN : voter pour son adversaire le 7 mai. »

Une quarantaine de mouvements d’Église – Mission de France, Secours Catholique, CCFD, Ordre de Malte, etc. – disent non au Front national : « À l'heure de faire un choix entre deux visions de la société, ne cédons pas à la tentation du repli sur soi ». Des médias chrétiens ont aussi appelé à voter pour l’ancien locataire de Bercy : La VieLa CroixRéforme ou encore Pèlerin. De son côté, Famille Chrétienne ne donne pas de consigne.

Pas de consignes, c’est aussi le choix de mouvements associatifs ou politiques regroupant de nombreux catholiques. Alliance Vita, tout en proposant des comparatifs des candidats sur les sujet de bioéthique n’en dira pas plus : « C’est à chaque électeur de discerner le vote qui lui paraîtra le plus juste, dans le secret de l’isoloir. Pourquoi ne pas maintenir autant que possible ce secret intime, pour penser et voter en toute liberté de conscience ? », plaide son délégué général Tugdual Derville. 

Sens Commun ou le PCD, engagé au premier tour pour François Fillon s’y refusent aussi. Bruno Retailleau y ajoute un non à Marine Le Pen, là où Frigide Barjot et La Manif pour Tous opposent un non à Emmanuel Macron par tous les moyens. 

Plus explicite encore, Christine Boutin, ancienne responsable du PCD, appelle à voter pour Marine Le Pen tout comme Guillaume de Thieulloy, responsable du très droitier Salon Beige et comme cinq membres du Mouvement l’Avant-Garde, parmi lesquels le philosophe Thibaut Collin : « Marine Le Pen est le dernier choix de tous ceux qui croient qu’il y a de ce pays encore quelque chose à conserver : conserver nos souverainetés (...) contre une Europe centralisée donc ratée ; conserver nos mœurs, nos traditions, notre mode de vie, notre héritage intellectuel, spirituel et religieux contre les assauts conjoints de l’uniformisation mondialisée et de l’islamisme conquérant », écrivent-ils. La diversité des réactions dans le monde catholique français aura au moins fait la preuve que celui-ci est loin d’être monolithique.

Quant à l'abbé Philippe Laguérie, supérieur de l'Institut du Bon-Pasteur (IBP), société de droit pontifical, il ne laisse aucune ambiguité dans un article sur son blog : « Tous les points, non négociables pour un catholique, sans exception, sont défendus et représentés par la candidature d’ Emmanuel Macron. Tous. Ce dangereux pantin incarne adéquatement tout ce contre quoi les évêques devraient hurler ! » Et de conclure : « Objectivement, un catholique ne peut pas voter pour cet individu dangereux et ceci sous peine de péché grave. Si vous votez Macron, vous devrez vous en confesser... Et comme dans une élection à deux candidats le seul moyen de stopper efficacement l’un est de voter pour l’autre (et non point de s’abstenir : laissez cela aux mélanchonistes !) la conscience des catholiques doit se libérer enfin du joug insupportable du pseudo péché qu’on lui impute depuis trente ans. »

A deux jours du scrutin, Sylviane Agacinski attire l’attention sur la position particulièrement choquante d’Emmanuel Macron sur la GPA.

Il est le seul candidat éligible à être favorable à cette pratique qui permet de louer le corps d’une femme le temps d’une grossesse et d’acheter un enfant.Emmanuel Macron a envoyé le 16 avril dernier une lettre à la communauté LGBTI (Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexe) disant vouloir « s’attaquer au problème de la GPA très peu payée et subie ». Et Agacinski de l’interroger dans Le Figaro :

« Est-ce à dire que, supposée “bien payée et consentie“, sur le modèle californien, cette pratique vous paraît légitime ? ».

De même, Emmanuel Macron estime qu’on ne peut pas « laisser sans existence juridique » les enfants nés par GPA à l’étranger. Il souhaite compléter la circulaire Taubira pour que la France reconnaisse pleinement ces enfants et donc favoriser ce « tourisme procréatif » comme le souligne Agacinski.

Bergé Macron GPASur Twitter, on trouve une citation explicite (voir ci-contre) de Pierre Bergé, soutien d’Emmanuel Macron, selon laquelle la GPA sera bien autorisée en cas d’élection d’Emmanuel Macron. Ce que l’équipe du candidat dément, toujours aussi franche du collier ! Au passage, Macron est également favorable à la procréation médicalement assistée pour les femmes célibataires et homosexuelles et à l’adoption par les couples homos.

Pour rappel, Fillon plaide pour mener une action « au niveau international […] en faveur de l’abolition de la GPA » : « Le gouvernement luttera contre les détournements de procédure par le biais de conventions signées avec les pays autorisant l’une ou l’autre de ces pratiques. » Mais, sans sortir de l’Union européenne, cela ne tient pas, car la France est régulièrement condamnée à des amendes exorbitantes par la Cour européenne des droits de l’homme pour l’obliger à retranscrire les actes de naissance étrangers des enfants nés par GPA à l’état civil français.

Jean-Luc Mélenchon refuse officiellement la GPA mais veut « établir la filiation par reconnaissance comme principe par défaut » ce qui aura pour effet de favoriser cette pratique.

Marine Le Pen est la seule à vouloir purement et simplement l’interdire. Et les enfants nés d’une GPA à l’étranger ne seraient pas en mesure d’obtenir la nationalité française si Marine Le Pen accédait à l’Elysée. Curieusement, Sylviane Agacinski n’appelle pas à voter pour elle.

Caroline Parmentier

Article et dessin de Chard parus dans Présent du 21 avril 2017
(titre original : « La GPA avec Macron ! »)

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents