Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


"Marionnettes d'EM" - même les ministres!...et le Premier aussi!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 9 Juillet 2017, 21:36pm

"Emmanuel Macron a placé plusieurs ministres issus de la société civile sous surveillance de ses proches. En imposant ainsi ses fidèles dans les ministères du gouvernement Philippe, il confirme sa conception "jupitérienne" du pouvoir.

"Surtout, Emmanuel Macron a discrètement adjoint à tous les principaux ministres de la société civile des collaborateurs très proches de lui. Selon nos informations, plusieurs membres du gouvernement se sont en effet vu imposer un certain nombre de noms au moment de leur nomination. Parmi eux, beaucoup de fidèles macronistes. Comme un marionnettiste qui tirerait les ficelles dans l'ombre, le chef de l'Etat pourra compter sur ces amis bien placés pour souffler la bonne parole à leurs ministres.

"Ministres bis"

"Ces technos font même parfois office de véritables "ministres bis", dont l'influence devrait quasiment équivaloir à celle de leur supérieur hiérarchique. Prenez Françoise Nyssen, la ministre de la Culture. Editrice à succès chez Actes Sud, son parcours force le respect. Mais elle n'avait jamais touché à la politique avant d'être nommée au gouvernement. Ni vu, ni connu, Emmanuel Macron lui a deme prendrandé de Marc Schwartz en tant que directeur de cabinet. Ce conseiller à la Cour des comptes n'est autre que le coordinateur et principal cerveau du programme culturel du Président. Nul doute qu'il s'avisera que les vues de l'Elysée ne soient pas bafouées... " Même schéma pour Muriel Pénicaud, la nouvelle ministre du Travail. Son conseiller spécial s'appelle Marc Ferracci. Ce professeur d'économie a été le témoin de mariage d'Emmanuel Macron mais aussi... une des principales chevilles ouvrières de son programme Travail. A tel point qu'on a évoqué son nom pour devenir ministre... Lui aussi devrait autant conseiller sa ministre que contrôler sa fidélité à la doxa macroniste. 

Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l'Education nationale, connu pour son imagination débordante, a pu puiser dans ses propres réseaux pour constituer une partie de son cabinet. Pour autant, sa conseillère spéciale, Fanny Anor, travaillait auparavant pour En Marche où elle s'est activée à mettre au point le programme Education du candidat. Agnès Buzyn et Nicolas Hulot sont un peu mieux lotis mais tout de même sous surveillance… La ministre de la Santé s'est vu demander d'embaucher en tant que cheffe de cabinet Sophie Ferracci. Cette avocate occupait auparavant le même poste auprès... d'Emmanuel Macron. Quant à Nicolas Hulot, sa cheffe de cabinet n'est autre qu'Anne Rubinstein. Elle aussi a occupé le même poste pour l'actuel chef de l'Etat quand il était ministre.

Même le Premier ministre, Edouard Philippe, est concerné. Au cabinet de Matignon, onze collaborateurs officient également pour le Président. Officiellement, il s'agit d'"éviter tous les murs qui nuiraient à la bonne communication opérationnelle", explique un conseiller gouvernemental à l'AFP. En off, un ministre s'inquiète d'une "prise de contrôle" des ministères et de Matignon par l'Elysée."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents