Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


INVASION MIGRATOIRE TERRORISME ISLAMIQUE - Tous "déséquilibrés"!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 29 Août 2017, 09:39am

Que des gens capables de rouler sur des femmes , des enfants, des vieillards, etc... soit déséquilibrés, qui en douteraient! Relèvent-ils pour autant des hopitaux psychiatriques et leur "déséquilibre" suffit-il à les rendre "irresponsables" ? Quelqu'un qui pensent que son Dieu exige qu'il faut lapider les femmes adultères, couper la main des voleurs, fouetter les femmes, les marier à 5 ans et les déflorer à 9 ans ou égorger les apostats ou tuer les homosexuels est-il équilibré? Pourtant ils sont des centaines de millions à le croire!

Il est temps de désigner le vrai coupable de cette violence : la religion islamique!

Les seuls "équilibrés" chez les musulmans sont les "mauvais musulmans"...heureusement ils sont nombreux! 

Il est urgent de cesser d'affirmer que l'islam est une religion de Paix et de tolérance, tout simplement parce que c'est faux!

Il est urgent de considérer "les vrais musulmans" ceux qui appliquent ce qui est écrit dans le Coran et les hadiths, non seulement comme des "déséquilibrés", mais comme nos ennemis. Or nos ennemis n'ont pas à être tolérés chez nous. 

Les Frères Musulmans (qui défendent la lapidation...)  et les salafistes devraient être considérés comme nos ennemis et traités comme tels.. or on acccepte leur implantation partout dans la société française. Ces gens doivent être combattus et non soutenus, encore moins financés par de l'argent public ou étranger!

Tant que nous n'aurons pas le courage d'appeler un chat, un chat, le nombre de "déséquilibrés" ira croissant en France.

 

 

FIGAROVOX/CHRONIQUE - Pour Gilles-William Goldnadel, faire du dérangement psychiatrique la raison principale des passages à l'acte terroristes est un dangereux non-sens.

Une tendance lourde du personnel médiatique et politique occidental des dernières années est de psychiatriser le terrorisme islamique. (..) Je rappelle également que l'assassin qui défenestrait en avril 2017 Sarah Halimi (dont j'assiste la famille) après l'avoir torturée a été immédiatement placé d'autorité dans un établissement psychiatrique sans passer par la case prison.

Je soutiens que c'est cette obligation de nature morale et d'origine inconsciente d'évoquer la démence qui est socialement, politiquement et psychologiquement folle.(..)

La plupart des psychiatres et spécialistes du terrorisme islamiste ne croient pas du tout à l'efficacité de la proposition du ministre de l'intérieur: «chercher à expliquer la radicalisation par la psychiatrie, c'est être à côté de la plaque, c'est ridicule d'en être encore là» critique le spécialiste de la question terroriste Romain Caillet (rtl.fr). Tout comme Jacques Raillane, connu aussi sous le pseudonyme d'Abou Djaffar qui juge cette idée «débile voire absurde»: «deux ans après le Bataclan, on pensait avoir dépassé ce stade du n'importe quoi» indique-t-il encore.

Comme le rappelle Raphaël Gaillard, professeur en psychiatrie à Sainte-Anne et expert à la cour d'appel de Paris: «la grande majorité des terroristes n'ont aucun rapport avec la psychiatrie».Mais comme l'indique toujours Romain Caillet, voir la question à travers le prisme de la psychiatrie «évite de se poser les questions dérangeantes».

Je m'en vais donc à présent indiquer ce qui dérange secrètement le ministre, une grande partie du corps médiatique et politique occidental

J'affirme en effet que cette tendance médiatique ou politique à la psychiatrisation est de nature idéologique et tout aussi suicidaire. (..)

J'affirme également que cette tendance signifie toujours en creux la répugnance à infliger une sanction judiciaire répressive à un être à qui on voudrait enlever toute responsabilité individuelle.Sans doute en raison de l'incapacité à pouvoir le sanctionner légitimement, en vertu du complexe de culpabilité de l'être occidental, se jugeant responsable éternel de son mal-être existentiel.

J'affirme enfin que dans le creux de l'inconscient médiatique ou politique de cette propension à l'excuse psychiatrique, se dissimule aussi l'irrésolution à se défendre physiquement avec des armes létales et préférer l'usage de la déradicalisation pour rire ou des tranquillisants pour dormir.

Qui est fou? D'abord la société occidentale devenue névrotiquement masochiste.

Plus sur http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/08/28/31003-20170828ARTFIG00094-la-place-des-terroristes-n-est-pas-en-psychiatrie-mais-en-prison.php

 

La position ferme de l’Ordre

Interrogé le lendemain par La Croix, l’Ordre des médecins se montre ferme. « Il n’est pas question de mettre en place de nouvelles dérogations au secret médical »,affirme le docteur Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologie. « Nous estimons qu’il est possible de se délier de ce secret mais dans des situations très particulières : celui d’une situation où un patient peut présenter un danger immédiat et imminent pour sa vie ou celle d’autrui », ajoute-il, précisant que, dans ce cas, le Code pénal permet déjà à un praticien de se délier du secret professionnel. C’est ce même message que martèle l’Ordre dans un communiqué diffusé le 24 août. « Dans un régime de libertés, la coopération des médecins ne peut se faire qu’avec les autorités de justice. Il en va du respect des principes fondamentaux de notre République », précise l’institution.

« Aucune étude ne valide l’assimilation trouble psychiatrique, radicalisation, terrorisme »

Même malaise du côté de l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam). « Ces propos, qui laissent à penser que psychiatrie et terrorisme sont liés, renforcent les représentations du grand public sur la dangerosité de la maladie psychique alors que celle-ci n’est pas supérieure à celle de la population générale », indique l’association en dénonçant cet « amalgame » entre maladie mentale et terrorisme.

« Comme pour le reste de la population, les personnes vivant avec des troubles psychiques sont sensibles à l’impact médiatique des actions terroristes. Si leur fragilité psychologique peut les entraîner à un acte de mimétisme, les représentants de la psychiatrie soulignent qu’aucune étude ne valide l’assimilation trouble psychiatrique, radicalisation, terrorisme », précise l’Unafam.

L’indignation des psychiatres

Une indignation partagée par l’Intersyndicale de défense de la psychiatrie publique (Idepp). « Les malades mentaux sont infiniment plus souvent victimes que coupable de violences », juge cette instance. Secrétaire général de l’Idepp et psychiatre à l’hôpital Sainte-Anne à Paris, le docteur Alain Mercuel estime que la profession sait prendre ses responsabilités. « Il peut arriver que des patients, le plus souvent psychotiques, s’imaginent passer à l’acte dans une sorte d’identification ou de mimétisme. Mais face à un patient, dont on peut penser qu’il risque de passer à l’acte, nous ne restons pas inertes. Nous faisons un signalement ou nous hospitalisons la personne, y compris sous contrainte si la situation l’exige », indique le médecin.

PIERRE BIENVAULT
plus sur http://www.la-croix.com/France/Securite/psychiatres-refusent-lamalgame-entre-terrorisme-maladie-mentale-2017-08-27-1200872284

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents