Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


ERADICATION DES PERES et DES HOMMES - A la veille de l'Université d'été de La Manif Pour Tous, Marlène SCHIPPA annonce qu'elle présentera un texte ouvrant à toutes les femmes la possibilité d'avoir des enfants sans père...et remboursé par la Sécurité Sociale! Pour le plus grands profit du lobby médical et des laoratoires pharmaceutiques dont MACRON et sa Ministre de la Santé sont si proches!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 12 Septembre 2017, 09:13am

L'écrivaine de livres érotiques du Gouvernement l'a annoncé chez BOURDIN! "Messieurs vous serez tous réduits à n'être que des "fournisseurs de sperme"!

"C'est un engagement de campagne du président Emmanuel Macron. L'ouverture de la PMA à toutes les femmes sera proposée par le gouvernement en 2018, "probablement" dans le cadre de "des révisions de la loi bio-éthique", a annoncé Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, ce mardi 12 septembre. La secrétaire d'État n'a pas souhaité "préjuger du débat parlementaire" concernant sa mise en place mais elle a bien réaffirmé que cet "engagement de campagne" serait bien "tenu" par le gouvernement."  D'ici là, les français vont comprendre ce que cela signifie! Enfants sans père pour toutes et remboursés par l'Assurance-Maladie!...pendant ce temps-là on fera des "économies" sur le reste! 

MACRON est au service du "business" et pour le moment ce business était capté par les cliniques étrangères... mais avec le remboursement ces pratiques vont exploser et leur coût aussi!

L'objectif idéologique étant de se passer des hommes pour féconder... le père sera réduit à un simple fournisseur de sperme!... le sperme, tout comme les ovocytes seront "récoltés", "triés", les embryons seront fécondés en surnombre, un ou deux seront conservés...

Tout cela est bien loin de "l'éthique", mais cette légalisation est avant tout pour servir un business et une idéologie qui méprisent la fécondation naturelle (on a besoin d'un autre et ça ne rapporte rien)... et nous paierons tous pour cette folie!

Tout cela va profiter aux labos paharmaceutiques, au lobby medical voire aux mutuelles dont MACRON est proche! Après les 11 vaccins obligatoires l'annonce de la légalisation de la PMA est une très bonnes nouvelles pour les actionnaires des laboratoires pharmaceutiques...et parmi eux un certain...SANOFI!

"En juin dernier "Libération⁶, dans son article du 20 juin dernier  nous rappellait qu’ « Alors que le procès du Mediator devrait avoir lieu dans un an et demi, le réquisitoire du parquet dépeint avec précision le réseau tentaculaire du groupe pharmaceutique, qui englobait personnalités politiques et scientifiques. Une manie qui ne s’est pas arrêtée avec le scandale de 2009» et qui pourrait bien ne pas s’arrêter à Servier ! En regardant de plus près les membres du rapport ATTALI⁷, on peut y voir Serge Weinberg, président du conseil d’administration de Sanofi, siéger à côté du ministre de l’économie d’alors : Emmanuel Macron. Ce même Weinberg qui, selon Challenge⁸, lui ouvrira les portes de la banque Rotschild quelques temps plus tard, ce même Macron qui , devenu Président, tiendra sa promesse de nommer un médecin à la tête du ministère de la santé, Agnès Buzyn, qui considère que “les conflits d’intérêts entre experts et laboratoires pharmaceutiques sont un gage de compétence”, et qui a elle-même été rémunérée par les laboratoires Sanofi pendant près de … 14 ans ! La boucle est bouclée. Peut-on décemment accepter qu’un ministre entretienne des liens si étroits avec Big Pharma ? Ne peut-on craindre que les profits des laboratoires pharmaceutiques passeront avant la santé de nos concitoyens ?" source "lessymboles.com"

En Espagne les grandes manoeuvres ont déjà commencées!

"MARCHÉ DE LA PMA : FUSION EN VUE DU LEADERSHIP

Après un an de négociations, le leader espagnol en médecine de la reproduction, l’Institut Valencien de L’Infertilité (IVI)[1], annonce sa fusion avec l’américain RMANJ (Reproductive Medicine Associates of New Jersey).

Baptisée IVI-RMA, cette nouvelle entité, qui compte 2400 employés dont plus de 200 médecins et 300 chercheurs, constitue désormais le « plus grand groupe de reproduction assisté au monde ». Implantée dans 13 pays avec plus de 70 cliniques, elle projette de réaliser 300 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Le nouveau groupe espère rester le chef de file dans les domaines de la recherche et des connaissances scientifiques en partageant « les mêmes valeurs et intérêts en matière de médecine, de sciences et d'affaires ».

 

Voilà le résultat du vote de ceux qui préfèrent leur portefeuille à la dignité humaine!

MACRON a choisi de défier les opposants, cette annonce a lieu à la veille de l'Université d'été de La Manif Pour Tous, qui avait dire et c'est tout à son hionneur : "MACRON, c'est NON!".

A force de défier tout le monde, militaires, travailleurs, opposant à l'idéologie transhumanistes... il risque un jour de le regretter!

Pour Caroline Roux, coordinatrice des services d’écoute d’Alliance VITA : « Il est gravissime que  la secrétaire d’état, dont la mission est d’œuvrer à l’égalité entre les femmes et les hommes, affirme que la PMA sans père est une question de « justice sociale ». Quel abus de langage ! Cela revient à instituer la loi du plus fort et cautionner une injustice originelle pour les enfants. Institutionnaliser la privation délibérée de père, c’est condamner les enfants à une double peine : en plus de les priver d’une partie de leur origine biologique, c’est les priver volontairement de toute relation paternelle. C’est une véritable maltraitance originelle et un abus de pouvoir que l’on infligerait ainsi aux enfants, en leur refusant cette double filiation paternelle et maternelle constitutive de leur identité. Sans compter que céder à ces revendications ultra minoritaires ne peut qu’enclencher un effet domino, et la revendication d’hommes d’accéder à la Gestation par autrui (GPA) avec des mères porteuses. »

Tugdual Derville, délégué général d’Alliance VITA, rappelle également : « Nous en appelons au président de la République. A lui de dire quelles sont ses priorités pour la France. Le gouvernement ne peut ignorer l’immense risque d’ouvrir une nouvelle bataille sociétale qui diviserait en profondeur les Français, alors qu’il faut plus que jamais les rassembler et apaiser les tensions. Si Emmanuel Macron lance ce rideau de fumée sociétal, nous devrons dénoncer dans la rue l’injustice faite aux enfants. La résistance à la PMA sans père, au nom du « droit de l’enfant » qui s’oppose au « droit à l’enfant », nous mobilise fortement, ainsi que de nombreux autres mouvements de toutes les sensibilités politiques et philosophiques. Il s’agit de prévenir ensemble ce basculement décisif vers le grand marché globalisé de la procréation. L’ultra-libéralisme ignore le droit des plus faibles, car il conçoit l’être humain comme un produit qu’on peut acquérir. Nous sommes tous prêts à descendre dans la rue sur la base d’un collectif le plus large possible. C’est l’honneur de la France, pays des droits universels de l’Homme, que de résister à la marchandisation du corps. »

 

Janvier 2013 " Inéluctablement il y aura recours à la PMA" ...CQFD!

Ni dogmatique, ni moraliste, pleinement consciente des souffrances engendrées par l’infertilité, l’Église demeure pourtant opposée à cette pratique au nom de sa haute considération de la dignité de tout être humain. Une vision exigeante, source de nombreuses incompréhensions, que l’on peut synthétiser en trois points.

1 – Respecter l’intégrité de l’embryon :

La vie humaine doit être respectée dès sa conception. Compte tenu de cette vision fondamentale, l’Église ne peut accepter une pratique médicale qui conduit à la destruction des embryons surnuméraires qui ne seront pas implantés après fécondation in vitro (FIV) et ne seront pas l’objet de « projets parentaux ». « De cette perspective où l’on reconnaît l’être et la dignité de l’embryon humain comme valeurs absolues, découle le plein respect de son inviolabilité » rappelait l’Académie pontificale pour la vielors de sa XIIe assemblée en 2006.

2 – Associer la fécondité à l’union des corps : 

La vie humaine résulte de l’union charnelle d’un homme et d’une femme. Au nom de sa vision de l’amour et du mariage, l’Église demeure fidèle à cette anthropologie naturelle et ne valide pas en conséquence la technicisation de la reproduction humaine. « L’amour est essentiellement don, et l’amour conjugal, en amenant les époux à la “connaissance” réciproque qui fait qu’ils sont “une seule chair”, ne s’achève pas dans le couple ; il les rend en effet capables de la donation la plus grande qui soit, par laquelle ils deviennent coopérateurs avec Dieu pour donner la vie à une autre personne humaine » affirmait saint Jean Paul II dans l’exhortation apostolique Familiaris Consortio de 1981.

3 – Protéger la filiation des enfants : 

Le cas particulier de l’insémination artificielle avec donneur (IAD) brouille la filiation des enfants. Ce cas, incontournable dans le cas des lesbiennes et des femmes célibataires qui bénéficieront de l’ouverture annoncée par Marlène Schiappa, prive délibérément l’enfant de la figure paternelle. « La fécondation artificielle hétérologue lèse les droits de l’enfant, le prive de la relation filiale à ses origines parentales, et peut faire obstacle à la maturation de son identité personnelle » indique l’instruction Donum Vitae de 1987.

C’est donc une vision haute de la dignité humaine, du caractère inviolable de la vie, de la protection de l’enfance, de la grandeur du mariage et de la beauté de la sexualité, qui guide la position exigeante de l’Église. Position que l’on pourrait résumer à une phrase : l’enfant est un don, pas un dû.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents