Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


IDEOLOGIE DU GENRE - PMA SANS PERE DROIT A L'ENFANT - "Manifeste Lesbien 1999" - Le programme a été appliqué à 80%!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 26 Septembre 2017, 23:02pm

Si vous voulez savoir ce qui reste à appliquer il suffit de lire le programme! Ce document a été rédigé en 1999, juste après le vote du PACS, et qu'Elisabeth GUIGOU ait déclarer solennellement à la Tribune de l'Assemblée Nationale : "Le Mariage pour les couples de même sexe, jamais!".... 18 ans après il se trouve que les mesures demandées en 1999 dans le "Manifeste lesbien 1999" ont été appliquées les unes aprsè les autres... On peut s'interroger comment, pourquoi et par qui? Il faut rendre hommage à Najat BELKACEM qui a bien travailler dans le sens de ce Manifeste! Tout comme TAUBIRA? BERTINOTTI, BLOCHE, etc... Aujourd'hui c'est MACRON et SCHIAPPA qui ont pris le relais pour "finir le travail"!

 

Extraits :

Manifeste lesbien 1999

par Alia Rondeaux

et Sophie Courtial-Destembert      

 

Demander l’égalité législative pour les couples de même sexe et les couples de sexe différents, suffit-il aujourd’hui à répondre à nos attentes ?

Ces derniers mois nous avons été plongées dans un incessant bouillonnement politique et culturel concernant les gais et lesbiennes, ceci grâce au PaCS. En tant qu’homosexuelles, nous avons constaté l’absence de la problématique lesbienne dans les propositions politiques des associations militantes, lors des débats à l’assemblée et dans les médias. Nous sommes des femmes et, à ce titre, nous subissons les discriminations faites aux femmes. Au carrefour de ces deux spécificités nous avons eu l’idée de ce manifeste.Il est articulé autour des discriminations sexistes, lesbophobes et homophobes dans la vie quotidienne, le travail, les législations concernant les alliances, la parentalité et dans la politique de santé.Nous nous limitons aux périmètres féministe et lesbien, sans intégrer d’autres revendications politiques. Nos propositions vont cependant dans le sens d’une plus grande justice, d’une plus grande liberté et d’une société plus équitable.

CONTRE LE SEXISME, LA LESBOPHOBIE, L’HOMOPHOBIE

(..) Des mesures pour une visibilité des femmes(..)Nous proposons de rendre visibles les lesbiennes par :

  1. La réalisation de statistiques intégrant le lesbianisme.
  2. La visibilité de l’homosexualité des artistes et des politiques dans l’enseignement primaire et secondaire (cours d’histoire, de français ...).
  3. La création et le développement des chaires d’études à l’université sur le lesbianisme, l’homosexualité et la construction des genres.
  4. La reconnaissance officielle les persécutions infligées aux gais et aux lesbiennes dans l’Histoire et en particulier leur déportation lors de la seconde guerre mondiale.
  5. La mise en place de lieux dédiés à l'histoire et à la culture des homosexuel-les.(..)

Nous proposons les lois suivantes :

  1. L’inscription du libre choix de la sexualité parmi les principes fondamentaux de la République (code civil).
  2. Une loi anti-sexiste au même titre que le racisme.
  3. Une loi contre la lesbophobie et l’homophobie au même titre que le racisme.(..)

Nous proposons une politique d’information d’éducation et de vigilance :

  1. Par des formations et informations sur l’homophobie et la lesbophobie :
  2. Au sein des professions susceptibles d’agir sur ces discriminations : enseignant-e-s, éducateur-trice-s, médecins, policier-e-s, magistrat-e-s, journalist-e-s, personnel de l'administration…
  3. A la disposition des parents et des futurs parents afin qu'ils puissent réagir sans drame lorsqu'ils prennent connaissance de la sexualité de leur-s enfant-s, en particulier de leur homosexualité
  4. Par l’élargissement du champ des lois anti-discriminatoires :
  5. Pas de discriminations des associations gaies et lesbiennes dans les subventions, leurs agréments et dans leurs fonctions au sein des municipalités.
  6. Pas de discriminations dans les médias en catégorisant l’homosexualité en pornographie.
  7. Pas d’assimilation à une déviance ou à de la pédophilie.

Des mesures pour une société non normative en genres

Nous demandons une éducation non normative en “ genre ” féminin/masculin : ne réservons pas par exemple aux garçons certains jeux. S’il existait des natures féminine et masculine, la liberté donnée ainsi aux enfants ne les contrarierait pas. (..) La remise en cause des genres suppose des actions d’envergure dans le domaine éducatif, ceci dès le plus jeune âge. L’influence de l’entourage de l’enfant, c’est-à-dire la famille et les éducateur-trice-s est primordiale dans la formation de l’identité sociale. (..)

Nous dissocions les notions de sexe, de genre et de sexualité. (..) Nous sommes partisanes d’une société non genrée.

Nous proposons des mesures d’éducation et d’information contre les discriminations liées au genre et aux sexualités :

  1. Formations sur une éducation non normative en genre au sein des enseignants, par leur sensibilisation aux attitudes différentes selon le sexe de l’enfant et aux conséquences discriminatoires de celles ci.
  2. Par des campagnes d’information sur une éducation non normative en genre, à destination des parents et des futurs parents, en les responsabilisant sur les conséquences des modèles et interdits liés au genre pour les choix personnels et professionnels de leurs enfants.
  3. Par des cours d’éducation civique élargis à l’apprentissage de la tolérance envers les minorités, où le lesbianisme et l’homosexualité seraient présentés comme étant une des sexualités possibles au même titre que l’hétérosexualité.(..)

Nous proposons à court terme des mesures pour une plus grande liberté et protection de la vie privée de l’individu-e :

  1. Une loi permettant aux transsexuels d’obtenir sans action judiciaire leur changement de sexe à l’état civil
  2. Une loi permettant aux transsexuels de choisir leur genre et leur prénom à l’état civil sans obligation d’adéquation au sexe biologique.

Souhaitant une société non genrée, nous proposons à terme des mesures :

  1. pour que le sexe de la personne soit une information confidentielle avec, entre autres, la disparition de cette information sur les papiers d’identité.

(..)

LE TRAVAIL SANS DISCRIMINATIONS SEXISTES ET HOMOPHOBES

Les femmes sont encore trop souvent réduites à jouer le rôle de mère, situation entretenue par l'inégale répartition des métiers et des postes à responsabilité entre les sexes. Cette inégalité permettant aux hommes d’exercer plus de métiers valorisants et lucratifs, ce qui, une fois de plus, renvoie les femmes à leur foyer. Enfin, les femmes comme les hommes refusent de s’orienter vers des métiers à majorité de sexe opposé.(..)

Des moyens contre les discriminations dans les entreprises

Pour lutter contre ces discriminations, nous proposons plusieurs types d’actions :

  1. Rendre obligatoire un congé parental d’égale durée aux deux parents après la naissance d’un enfant.
  2. Renforcer les moyens des services de l’inspection du travail et des Prud’hommes pour faire respecter le code du travail.
  3. Autoriser les associations anti-sexistes et anti-homophobie, comme les associations anti racistes, à se porter partie civile en cas de conflit concernant les classifications, qualifications, promotions et licenciements.
  4. Limiter le temps partiel en dessous de 80% (ce temps partiel étant presque toujours imposé aux femmes), en supprimant tous les abattements liés à ces emplois et en surtaxant les entreprises.
  5. Supprimer l’allocation parentale d’éducation.

 

LES COUPLES

 

Nous dissocions la sexualité, l’alliance, la procréation et la filiation : aucune de ces notions n’en impliquant forcément une autre, libre aux individu-e-s de les associer ensuite ou non. Libre à tous et toutes de vivre seul-e-s, à deux ou à plusieurs, aucun modèle de vie ne pouvant s’ériger en norme.

Nous demandons :

  1. L’accession au mariage pour les couples de même sexe.

  2. Le Pacte Civil de Solidarité.

  3. L’inscription au code civil du concubinage homosexuel.

(..) Nous proposons une mesure pour une meilleure protection de la vie privée de l’individue :

  1. La disparition du statut d’Etat Civil de la femme (madame, mademoiselle).

Le fait de vivre à deux permettant une mutualisation des charges (logement...), le niveau de vie s’en trouve amélioré, il est donc injuste de favoriser fiscalement les couples. D’autant plus injuste que ces mesures fiscales ont pour but d’inciter les femmes à ne pas travailler.

Aussi demandons-nous :

  1. La suppression du foyer fiscal au profit d’une imposition séparée.
  2. L’égalité fiscale entre les célibataires, les divorcées, les mariées et les veuves.

 

LES PARENTALITES SANS DISCRIMINATIONS POUR LES LESBIENNES ET LES GAIS

Actuellement, dans le modèle familial traditionnel, le père se trouve dans un rôle de chef de famille et la mère dans des rôles de reproduction et d’amour énoncés comme naturels : “ si les mères font des enfants, c’est aux pères d’en faire des adultes ” (sic !). La division père/mère est plus qu’une division de genre. Les résistances à la parentalité des lesbiennes et des gais sont fortes car c’est ce modèle familial qui se trouverait alors bouleversé. Et c’est bien l’universalité supposée de ce modèle traditionnel actuel qui pose problème aux conservateurs de tous bords.

Demander l’égalité des droits en terme d’alliance pour les homosexuel-les, suffit-il aujourd’hui à répondre à toutes nos attentes ? Non.

  1. Nous exigeons une séparation entre les alliances et la filiation.
  2. En tant que féministes nous ne voulons plus être enfermées dans le rôle de mère (nous venons de voir l’articulation entre la discrimination professionnelle et le rôle de mère imposé aux femmes).
  3. En tant que les lesbiennes nous souhaitons ne pas être exclues de la parentalité (adoption) et de la maternité (Procréation Médicalement Assistée) accessibles jusqu’ici exclusivement par les hétérosexuelles.
  4. Nous voulons aussi conserver l’indépendance de mobilité géographique pour le parent qui a la garde de l’enfant vis-à-vis de l’autre parent.

 

La parenté biologique

Les femmes en couple hétérosexuel, sous certaines conditions, peuvent bénéficier de la PMA, ce qui n’est pas le cas des célibataires : cette restriction ne se justifie pas.

Interdire la PMA aux célibataires ou aux lesbiennes c’est confondre l’hétérosexualité, l’alliance et la procréation, de ce fait cette confusion est une atteinte à la liberté de la personne.

Aussi demandons-nous :

  1. Le droits à l’insémination artificielle :

  • sans critère médical

  • sans critère de sexualité

  • sans critère d’alliance.

Actuellement, le mari se prévaut de la paternité des enfants de son épouse, alors qu’il n’en est peut être pas le père biologique.

Nous demandons :

  1. L’abrogation dans le mariage de la présomption de paternité.
  2. L’attribution à l’enfant d’un nom de chaque parent qui le reconnaît.

La parentalité

Dans les années 70, les mouvements féministes ont lutté pour que les enfants soient tous désirés avec le libre choix de la contraception et de l’avortement. En tant que lesbiennes, nous demandons la liberté d’assumer les responsabilités parentales lorsque nous souhaitons les assurer. En aucun cas l’hétérosexualité ne peut être un gage d’amour et de responsabilité, seuls le désir et l’amour de l’enfant comptent. L’enfant crée la famille.

S’opposer à cette demande en prétextant que l’homophobie risque de discriminer les enfants, c’est non seulement entretenir cette discrimination mais c’est aussi introduire une condition morale au droit à la parentalité. Ce sont des atteintes inadmissibles à la liberté individuelle.

Nous voulons que disparaisse toute discrimination liée à l’homosexualité pour l’accès à la parentalité.

Pour une réforme de la responsabilité parentale

Pour ne pas être enfermées dans un rôle de mère, nous proposons l’assouplissement des règles de la responsabilité parentale pour autoriser le partage et le transfert de cette responsabilité.

Lorsqu’un des parents ne peut plus assumer sa responsabilité parentale, il doit pouvoir la transmettre à un tiers (transfert, assouplissement de la délégation parentale). Dans les familles monoparentales, le parent devrait pouvoir partager la responsabilité parentale avec un tiers. Il s’agirait soit de la compagne/compagnon quel que soit son type d’alliance, soit d’un proche. Ce partage ne doit se faire qu’avec l’accord de l’enfant lorsque celui ci peut s’exprimer. Par contre, il peut se faire sans accord de l’autre parent si celui-ci n’assure pas sa propre responsabilité.

Nous proposons que la responsabilité parentale s’obtienne soit par :

  • la reconnaissance de l’enfant,

  • l’adoption,

  • le transfert

  • le partage.

(..) POUR UNE VRAIE POLITIQUE DE SANTE (..)

Contre le retour en arrière nous proposons :

  1. La possibilité pour les mineures d’avorter sans l’accord parental.
  2. De nouveau une formation des gynécologues, seul-e-s véritables interlocuteur-ice-s des femmes.
  3. L’accès des femmes à la péridurale à leur simple demande et ceci dans toutes les maternités.
  4. L’accès élargi des essais thérapeutiques aux femmes.

(..) Alia Rondeaux et Sophie Courtial-Destembert

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents