Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media. Je veux partager avec vous mes connaissances et mon point de vue sur les sujets qui m’intéressent et pour lesquels j’ai acquis une certaine expertise. Ce blog est plus qu'un "blog politique", en effet il y sera aussi question de religion, de foi, de théologie, de Philosophie,etc.. Car une "autre réalité" est aussi occultée, niée, moquée, discréditée, c'est la "réalité de l'Invisible"! Celle de "l'Homme Vivant et Souffrant", mais aussi celle de l'Homme Intérieur dans sa relation à Dieu, à la Beauté, etc...Chaque « article » est en réalité un dossier. Alors ouvrez les articles! Ne vous contentez pas du titre, vous y trouverez des liens précieux…contenant d'autres liens...Bonne exploration !


INVASION MIGRATOIRE ISLAMISME ISLAMOCATHOLICISME - L'Eglise Catholique a-t-elle renoncé à évangéliser les musulmans? Poser la question c'est malheureusement y répondre, et particulièrement en FRANCE! C'est plutôt l'islamisation des catholiques qui semble une de ses tâches principales!...au nom du "Vivre ensemble" bien-sûr!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 3 Octobre 2017, 15:37pm

« En France, il y a urgence de la mission en direction de l’islam », affirme Jean Duchesne, essayiste catholique proche de la revue Communio. « Ce pourrait même être une des priorités pour l’Église dans vingt ans », ajoute cet esprit visionnaire qui a publié Le Catholicisme minoritaire ? (Desclée de Brouwer). Pour l’instant, cette priorité est mal perçue, voire mal reçue, au sein du monde catholique.  (Source Famille Chrétienne) 

"Mal reçue, mal perçue" est un oephémisme! Convertir des musulmans est reçu comme une incongruité digne uniquement des "intégristes" ou des "fondamentalistes"...quand on est bien élévé et surtout à Lyon, on se doit de se contenter de "dialoguer", de "collaborer" et surtout ...d'islamiser les catholiques! 

C'est tout à fait la ligne de François...

C'est la peur et non l'amour qui fonde le "vivre-ensemble"

Lu sur Dreuz, par la plume d’un témoin de la soirée :

Le 3 avril 2016, dimanche de la Miséricorde, s’est déroulé en la cathédrale St-Jean de Lyon une messe présidée par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et Primat des Gaules.

La cathédrale était archi comble des différentes communautés de réfugiés, notamment syriennes et irakiennes chrétiennes de Lyon, conviées en tant que « migrants » afin de « partager un temps de prière commune ».

Le diocèse de Lyon explique dans un communiqué :

« Cet événement veut témoigner de l’engagement du diocèse pour l’accueil et l’accompagnement des familles contraintes de fuir leur pays, un témoignage d’espérance dans notre contexte socio-politique ». (…)

Dès les débuts de son homélie, et au nom du sempiternel dialogue interreligieux, le cardinal fit bien entendu comme régulièrement depuis des années référence au coran, à cette notion de miséricorde dans l’islam et au verset introductif de la quasi totalité des sourates « Au nom d’Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux », pour nous convaincre que la religion islamique est « doublement miséricordieuse » (ses mots dans l’homélie). Vraiment ?

Après son homélie, plusieurs témoignages émouvants de réfugiés furent prononcés. Dans la foulée, une jeune femme voilée, lyonnaise musulmane, a récité la Fatiha au micro, au sein de la cathédrale (lire : La Fatiha et la culture de la haine).(…)

Cet incident de la Fatiha récitée dans une cathédrale s’est répété intentionnellement le lendemain lors de la célébration de la fête de l’Annonciation, le 4 avril, dans un sanctuaire lyonnais en l’église de Notre-Dame-du-Liban, juste après le Notre Père chrétien. Il faut avouer que cela fait désordre, d’autant plus qu’en ouverture de ce « rendez-vous interreligieux à la fois spirituel et festif », le muezzin a appelé à la prière (le Adhan) :

« Allah est le plus grand. J’atteste qu’il n’y a de dieu qu’Allah. J’atteste que Muhammad est le messager d’Allah. Venez à la prière, venez à la félicité. La prière est meilleure que le sommeilAllah est le plus grand. Il n’y a de vraie divinité hormis Allah ».

Tout est dit et son contraire !

Exit juifs, chrétiens et autres « mécréants » de cette prétendue miséricorde coranique louée par le cardinal et sous ses clochers, sachant, par ailleurs, que le pardon et la miséricorde d’Allah sont seulement donnés à ceux qui se tournent vers l’islam (Sourate 5, Hégirienne, « La table servie » ou « Le banquet », versets 34-37). Les ouvrages musulmans rapportent que même Mahomet n’a pas été autorisé à demander la miséricorde d’Allah pour sa propre mère parce qu’elle était morte mécréante. Lire l’article intégral sur Dreuz.info (Source "L'observatoire de l'islamisation)

Extraits : 

PUBLIÉ PAR FRANÇOIS SWEYDAN LE 20 AVRIL 2016
Embed from Getty Images

Le 3 avril 2016, dimanche de la Miséricorde, s’est déroulé en la cathédrale St-Jean de Lyon une messe présidée par le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon et Primat des Gaules.

La cathédrale était archi comble des différentes communautés de réfugiés, notamment syriennes et irakiennes chrétiennes de Lyon, conviées en tant que « migrants » afin de « partager un temps de prière commune ».

Le diocèse de Lyon explique dans un communiqué :

« Cet événement veut témoigner de l’engagement du diocèse pour l’accueil et l’accompagnement des familles contraintes de fuir leur pays, un témoignage d’espérance dans notre contexte socio-politique ».

De la miséricorde coranique ?

Dès les débuts de son homélie, et au nom du sempiternel dialogue interreligieux, le cardinal fit bien entendu comme régulièrement depuis des années référence au coran, à cette notion de miséricorde dans l’islam et au verset introductif de la quasi totalité des sourates « Au nom d’Allah, le tout miséricordieux, le très miséricordieux », pour nous convaincre que la religion islamique est « doublement miséricordieuse » (ses mots dans l’homélie). Vraiment ?

Le cardinal écoute un peu trop ses conseillers du diocèse et la taqiyya (la dissimulation) de ses amis recteurs des grandes mosquées de Lyon et ses communes environnantes. Multipliant depuis des années les gestes et les déclarations ambiguës, l’archevêque oublie ou occulte que sous cette « miséricorde » introductive des sourates – et qui concerne essentiellement les musulmans, à l’exclusion des autres – il y a des appels systématiques à la soumission, au “racket” (la capitation ; la dîme) des non-musulmans, à ne pas les prendre comme amis ou alliés et très souvent des appels au meurtre.

Après son homélie, plusieurs témoignages émouvants de réfugiés furent prononcés. Dans la foulée, une jeune femme voilée, lyonnaise musulmane, a récité la Fatiha au micro, au sein de la cathédrale (lire : La Fatiha et la culture de la haine).

Il y eut ça et là dans la foule, des applaudissements, essentiellement des Français de “souche” qui n’avaient rien compris à ce qu’on peut qualifier de sacrilège.

Des murmures et une légère clameur de mécontentement et de réprobation se firent cependant entendre dans toute la cathédrale.

Un Irakien en colère s’est même indigné à haute voix en agitant le bras. On l’a sommé de se taire. Des Irakiens et des Syriens (chaldéens, syriaques, melkites…) scandalisés ont quitté les lieux pour se réunir sur le parvis.

« c’est quoi cette mascarade ? On a quitté la barbarie de l’islam en Irak et en Syrie pour nous faire insulter avec cette Fatiha au sein d’une cathédrale

Étant présent en tant qu’observateur, je suis sorti aussitôt pour discuter avec plusieurs groupes formés d’Irakiens et de Syriens contrariés, outrés et blessés par cette Fatiha « insultante » récitée par cette voilée dans un lieu saint et chrétiennement consacré.

J’ai entendu l’un en colère me dire :

« c’est quoi cette mascarade ? On a quitté la barbarie de l’islam en Irak et en Syrie pour nous faire insulter avec cette Fatiha au sein d’une cathédrale, en plus ! »

Un second manifestement dépité s’exclame :

« Si je savais que c’était ça la France catholique, je ne serais pas venu pour me réfugier ici ! »

Un troisième enchaine :

« Ils [les Français] ne savent pas ce qu’ils racontent ces ignorants irresponsables ! Ils vont le payer très cher. C’est lamentable qu’un cardinal agisse ainsi et au nom de la miséricorde. »

Tout est dit ou presque (je censure les paroles encore plus dures et insultantes !..), surtout qu’un quatrième ironique et moqueur ajoute interrogateur « la miséricorde de l’islam ? » en mimant le geste de l’égorgement avec l’index porté au cou. Celui qui s’était indigné à haute voix dans la cathédrale s’est précipité vers moi pour me dire : « il faut que quelqu’un dénonce cette ignominie ! »

Azzedine GACI au Congrès des Frères Musulmans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents