Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media.


"Faites ce que je dis pas ce que je fais". Denis OLIVENNES (Patron d'EUROPE 1 et Inès de la FRESSANGE attaqués en Justice par leur domestique!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 28 Décembre 2015, 00:57am

Cette affaire en dit long sur les moeurs et les principes "réels" selon lesquels vivent ceux qui ont l'habitude de faire la morale aux autres et de passer pour des parangons de vertus républicaines!

Exploitation d'une travailleuse, construction sans permis de construire, utilisation imposée du statut d'autoentrepreneur, non paiement de salaires...

Il faut lire l'article de Libération...édifiant!

"Selon le «Canard enchaîné», le couple a été poursuivi pour travail dissimulé et licenciement abusif par une ex-employée, logée depuis deux ans dans un mobile home attenant à leur villa provençale construite illégalement.

Denis Olivennes et Inès de la Fressange attaqués en justice par leur domestique

Le paradis provencal de Denis Olivennes et sa compagne Inès de la Fressange, au Pas de Bouquet, à Tarascon (Bouches-du-Rhône), n'abrite pas qu'une maison d'une centaine de mètres carrés établie sans permis de construire et destinée (normalement) à être détruite.

Elle y cache aussi, au milieu des pins, un petit baraquement en bois, lui aussi érigé illégalement.

Selon le Canard enchaîné, le couple glam-chic y logeait depuis 2013 sa «gouvernante» : Chantal Moreau, 55 ans, femme à tout faire des lieux, comprendre les basses besognes, veiller sur les 9 hectares du domaine, entretenir la piscine, faire les courses au supermarché, jouer les taxis pour les rejetons etc. Pour son labeur, Chantal Moreau était rémunérée 1 560 euros bruts par mois, un montant un peu plus élevé que le SMIC (de 94 euros), moins les 350 euros que la domestique devait débourser en retour pour la location de la maisonnette, qu'elle partageait avec son fils, et qui n'avait rien de luxueuse, en tout cas en comparaison à la villa principale. Il s'agit d'un vulgaire mobile home coiffé d'un toit en tôle, si l'on en croit une photo de la bicoque publiée mercredi dans le Canard Enchaîné.

L'hebdomadaire satirique révèle que les relations entre les deux tourtereaux et leur «servante» ont pris une tournure judiciaire, début décembre, quand la bonne a trainé ses ex-employeurs devant les prud'hommes, notamment pour travail dissimulé et licenciement abusif.

Elle avait été limogée en septembre après son refus de prendre le statut d'autoentrepreneur, selon le Palmipède. Denis Olivennes et Inès de la Fressange ayant en outre arrêté de lui régler tout salaire depuis cette date, ils ont été condamnés à verser à Chantal Moreau 4 680 euros d'arriérés de paiements. L'affaire aura des suites, puisque madame (de la Fressange), a fait appel de la décision. Le limogeage, lui, sera examiné en mars."

http://www.liberation.fr/france/2015/12/27/denis-olivennes-et-ines-de-la-fressange-attaques-en-justice-par-leur-domestique_1423099

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents