Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michael Jeaubelaux

Mais comme me l'a dit un de mes amis "La capacité de nuire de TAUBIRA est infinie"! Et BELKACEM elle, est toujours là...

Edito :

"Symbole d’une France où rien ne va plus, d’une France amoindrie livrée aux voyous, l’ancienne indépendantiste guyanaise Christiane Taubira n’aura pas cessé, en près de quatre années au pouvoir, de déconsidérer la fonction qu’elle occupait. »Ceux qui me ressemblent sont les plus nombreux et il vaut mieux ne pas trop défier ce monde-là », »Je suis en capacité de les écraser tous ! » avait-elle même déclaré, perdant toute retenue face aux critiques pourtant bien légitimes. Si les criminels la regretteront sans doute, les policiers – et avec eux tous les Français qui subissent l’insécurité – beaucoup moins.

Son refus de chanter la Marseillaise lors des cérémonies républicaines, exercice qu’elle a qualifié de « karaoké d’estrade », rappelle combien Christiane TAUBIRA ne méritait aucunement, ni dans ses paroles, ni dans ses actes, l’immense responsabilité qui lui incombait. Les faits l’ont confirmé.

La réforme pénale, qui signe la fin de la prison comme élément central des peines à travers l’instauration d’une « contrainte pénale » pour tous les délits passibles de moins de 5 ans d’emprisonnement dans un premier temps, puis pour l’ensemble des délits à partir de 2017, est une véritable catastrophe. Cette réforme irresponsable renforce le sentiment d’impunité de tous les malfrats, et fait donc le terreau de la criminalité. Est-ce un hasard si la hausse spectaculaire de l’insécurité a coïncidé avec l’application de cette politique pénale permissive ?

Hélas, les dégâts ne s’arrêtent pas là. Alors que la société française était déjà en proie à d’importants troubles – Nicolas SARKOZY et ses ministres étant passés par là – et profondément divisée, c’est Christiane TAUBIRA qui a lancé la charge du gouvernement contre la famille et la filiation.

Matrone de l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe, Christiane TAUBIRA est en effet aussi celle qui a facilité la délivrance de certificats de nationalité aux enfants nés par GPA à l’étranger, au mépris de tous nos repères culturels et du sixième principe de la Déclaration des Droits de l’Enfant du 20 Novembre 1959, selon lequel « l’enfant en bas âge ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, être séparé de sa mère », cela au nom de son intérêt supérieur. Mais de nos valeurs et de nos traditions, Madame TAUBIRA semble bien s’en moquer. La marchandisation du corps de la femme, et même celle de l’enfant à naître, ne semblent pas lui poser de cas de conscience.

Commenter cet article