Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La réalité en face

La réalité en face

Un des maux de notre époque, c'est le refus et l’interdiction de regarder la réalité en face et surtout de la décrire! c'est le Politiquement Correct qui l'empêche! Il conditionne la description et donc la perception du réel! Quand elle est "Non Idéologiquement Conforme", la réalité est occultée, tronquée, manipulée par les media.


Emeutes islamistes de Trappes : Mamère tombe le masque! Il soutient sans réserve les émeutiers en parlant de racisme d'Etat! C'est un défi lancé à Hollande, Ayrault et Valls,mais surtout à la République! Pour ces propos il devrait passer en Haute Cour de Justice!

Publié par Michael Jeaubelaux sur 23 Juillet 2013, 07:34am

Le voile intégral est pour moi l’étendard d’une idéologie sectaire et intégriste, attentatoire à la dignité humaine”. Naïma Charaï suppléante de ...Noël Mamère. C'est cette idéologie que défend aujourd'hui, contre la France, Noël Mamère!

Noël Mamère ne se sent pas très utile à l'Assemblée Nationale, qu'il se rassure, nous non plus! Il est temps qu'il se recycle et passe à autres choses "Consultant auprès des monarchies du Golfe", après une telle déclaration pourrait être un nouveau métier lucratif et florissant pour lui! Car il est clair qu'il ne peut plus désormais représenter le Peuple Français!

Son dernier billet, ou devrait dire brûlot, est un scandale dans la bouche d'un élu chargé de voter les lois et les faire respecter car il est Maire de Bègles!

Mais le moment avait été soigneusement choisi!

En effet cette publication a été faite juste avant la réunion à l'Elysée de toutes les composantes de la Majorité!

Un défi à Hollande, Ayrault et Valls!

Accusation de "racisme d'Etat"! Va-t-il porter plainte contre l'Etat ?

Soumission des lois de la République aux désirs des religieux...la Police ne devrait pas selon lui interpeller des femmes en Burqua pendant le ramadan!

Noël Mamère pousse la provocation jusqu'à parler de "contrôle au faciès" pour des personnes qui masquent presque entièrement leurs visages! Il parle de la "révolte de Trappes" en parlant du siège du commissariat! Ils assimilent "les musulmans" aux femmes en Burqua! Parle de discrimination quant il s'agit simplement de ne pas tolérer des femmes sans visage dans nos rues!

Cet élu du Peuple devrait passer en Haute Cour de Justice après de telles déclarations, pour diffamation de l'Etat et complicité avec des émeutiers, si ce n'est pas incitation à la haine envers la Police, ou subversion visant à mettre les motifs religieux au-dessus des lois de la République!

Il plaide pour une société multicommunautarisme où chacun serait assigné à une Communauté!

Depuis longtemps nous savions Noël Mamère, comme beaucoup d'autres EELV, antirépublicain (Esther Benbassa a demandé aussitôt l'abrogation de la loi contre la dissimulation du visage) là il en a donné toutes les preuves!

Grâce à Martine Aubry (celle qui a réservé des horaires de piscines exclusivement aux fermmes!) les EELV ont un Groupe à l'Assemblée pour exercer leur chantage sur la Majorité...Noël Mamère en use et en abuse!

Il est temps que les français sachent qui sont vraiment les EELV!

Pas une voix pour leurs candidats à toutes les élections!

EELV et le NPA sont les deux partis d'extrême-gauche qui draguent à fond le vote islamistes!

Les français doivent les mettre hors d'état de nuire en refusant le moindre suffrage à ces imposteurs qui sont le masque d'écologistes veulent imposer aux français une société communautariste et le fondamentalisme religieux, le droit de vote et d'éligibilité pour les étrangers à toutes les élections, après le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe, la PMA Pour Toutes, et les mères porteuses pour Tous, la sous-traitance des grossessses,etc....

OUI il est inadmissible que quiconque se permette de se présenter le visage dissimulé à ces concitoyens, ce n'est ni une question de laïcité, ni une question de "dignité des femmes", c'est tout simplement un choix de société, un choix culturel qu'il s'agit d'affirmer!

OUI je me sens agressé lorsque je vois une femme entièrement couverte! OUI je me suis battu et je me battrai pour que cela ne devienne jamais "normal" en France!

La France n'est ni l'Afghanistan, ni le Yemen, le Koweit, le Qatar ou l'Arabie Saoudite!

OUI les français musulmans sont des citoyens comme les autres, et parce qu'ils sont des citoyens comme les autres, ils n'ont en aucune manière le droit de revendiquer de vivre en dehors des principes et des lois de la République!

D'ailleurs beaucoup d'entre eux, en France, désapprouvent les femmes "encagées" dans leurs vêtements, car ils savent qu'elles sont une provocation intolérable pour l'immense majorité des français!

NON en France on ne se promène pas comme "Belphegor" dans nos rues, nous devons tous avoir le visage découvert! Un point c'est tout! Ceux à qui cela ne convient pas et qui refusent de se soumettre à la Volonté du Peuple Souverain, peuvent rentrer dans leurs pays ou immigrer!

Français, il est temps d'entrer en Résistance!

La première résistance consiste à ne pas voter pour ceux qui veulent la mort de la République!

Trappes, les musulmans et le racisme d’Etat

Noël Mamère
Député de Gironde

Publié le 22/07/2013 à 18h09

Trappes, la ville de Jamel Debbouze et d’Omar Sy, ne rigole plus avec ses humoristes. Des centaines d’habitants ont attaqué le commissariat, à coups de pierres, symbole pour ces jeunes Français issus de la colonisation de l’atteinte à leur dignité.

Le motif de cette poussée de violence ? L’exigence de libérer un homme qui avait osé protester contre l’interpellation de sa femme par des policiers ; elle portait le voile intégral, les policiers voulaient contrôler son identité.

Ces faits posent d’emblée trois questions :

  • Où est passée la police de proximité promise par la gauche qui devait remplacer les BAC et autres compagnies de CRS dans les quartiers dits sensibles ?
  • Pourquoi interpeller en plein ramadan une jeune femme voilée, sachant que durant cette période, un tel geste peut être interprété comme une provocation à l’égard des populations musulmanes ?
  • Enfin, la loi sur le voile intégral est-elle pertinente ?

Des lois productrices de discriminations

J’ai fait partie des rares députés qui ont toujours considéré les différentes lois sur le voile comme productrices de discriminations et de violences potentielles. Nous y sommes.

Si l’on ajoute à cela le refus de Manuel Valls d’appliquer la promesse de François Hollande d’en finir avec le contrôle au faciès, une telle conjonction ne pouvait que produire le type d’émeute à laquelle nous venons d’assister.

Les déclarations martiales du ministre de l’Intérieur, les vociférations de Christian Estrosi, Hortefeux et Le Pen n’y changeront rien.

La révolte de Trappes nous oblige aussi à réfléchir sur la vague d’islamophobie qui s’est emparée de notre pays. Le ministre de l’Intérieur, cette dernière semaine, dénonçait la multiplication des faits anti-musulmans dans plusieurs villes de la périphérie parisienne, à Chanteloup-les-Vignes et à Argenteuil.

A Marseille, la question du voile revient au centre de l’actualité et avec elle, celle de la place des musulmans dans la société.

Le boomerang du racisme d’Etat

Au nom de l’universalisme, on a trop longtemps eu tendance à nier le rôle de la religion dans la société française. L’Etat a fait de l’Islam – deuxième religion de France – un culte discriminé sans que le législateur tente de résoudre les problèmes vécus au quotidien par les fidèles (comme les carrés musulmans au sein des cimetières, la régulation du marché de la viande hallal ou la construction des mosquées).

Sous prétexte de combattre les signes religieux ostentatoires, on a privilégié la seule lutte contre le voile et inventé de nouvelles discriminations pour des femmes qui se voient doublement mises à l’index : en tant qu’arabe et musulmane, ne pouvant plus travailler dans certains établissements, et stigmatisées dans tous leurs actes quotidiens.

De fait, un racisme d’Etat, utilisant l’amalgame entre musulmans, islamistes, terroristes et immigrés, s’est lentement insinué dans la société française, préparant le terrain à des conflits de civilisations à l’échelle des territoires.

Le moment est venu pour la France de prendre cette question à bras-le-corps. Si on ne lui donne pas de réponse autre que répressive, elle va nous revenir au visage comme un boomerang.

Trente ans après la marche pour l’égalité

Le problème que nous rencontrons se joue dans le cadre franco-français, dans un pays qui a érigé la laïcité en dogme. Mais – et c’est là toute la difficulté – il est marqué par un contexte international où l’islam politique a pris le pouvoir dans plusieurs sociétés musulmanes, à la faveur des printemps arabes.

Dans ces sociétés, comme la Tunisie ou l’Egypte, les classes moyennes refusent à juste titre ce qu’elles considèrent comme un dévoiement théocratique de leur révolution. Elles ont raison et nous les soutenons.

Mais cette solidarité ne doit pas nous faire oublier qu’en France, ce sont des populations discriminées qui se revendiquent de l’Islam. Il faut donc refuser tout amalgame entre les deux situations et tracer les chemins d’un dialogue pour parvenir à apaiser les tensions.

Malheureusement, en temps de crise morale, économique et sociale, il est tellement plus facile pour de nombreux responsables politiques d’utiliser les musulmans comme des boucs émissaires, que de trouver les mots d’apaisement et de prendre le temps de comprendre pourquoi on en est arrivés là.

Mais Trappes, trente ans après la marche pour l’égalité et contre le racisme, nous oblige aussi à reconsidérer la politique de la ville menée par les gouvernements de droite et de gauche. Depuis novembre 2005 et les révoltes urbaines généralisées, rien n’a été fait pour répondre aux préoccupations des habitants des quartiers populaires.

L’américanisation des banlieues françaises

L’Etat a démontré son incapacité à apporter des réponses à la lutte contre le chômage des jeunes, aux questions d’éducation et de formation, à l’enclavement des quartiers et à la relégation des habitants.

Cette inertie a favorisé la fuite d’une partie de ses habitants a créé, malgré le discours ambiant sur la mixité sociale, des ghettos où sont concentrées des populations en fonction de leur appartenance ethnique et religieuse.

Or, de nouveaux conflits urbains dessinent le portrait d’une France séparée. Cette américanisation des banlieues françaises est en contradiction absolue avec le rappel intangible des principes républicains, rabâchés par ceux qui croient encore vivre sous la Troisième République.

La vulgate anticommunautariste n’est qu’un prêt-à-penser inutile pour comprendre notre société multiculturelle. Il faudra un jour dépasser cette contradiction :

  • ou accepter une certaine logique communautaire, en s’appuyant sur les forces vives de « l’empowerment », c’est à dire la capacité des populations à faire surgir en leur sein de nouvelles élites urbaines, comme aux Etats-Unis ou en Afrique du Sud ;
  • ou appliquer l’égalité réelle des droits, ce qui suppose un investissement sans commune mesure avec nos capacités actuelles. Mener les deux de front, c’est possible et cela porte un nom : la société du bien vivre ensemble.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents